Accueil > Critiques > 2011

The Dodos - No Color

lundi 18 avril 2011, par marc


Dans le petit monde indie, où les gens se connaissent par blog interposé et parle plus ou moins de la même chose, The Dodos est depuis ses débuts un de ces groupes célèbres pour une minorité. Cette blogosphère a en effet très vite reconnu ce duo devenu trio grâce à quelques morceaux très plaisants qui ont précédé leur premier album et quelques prestations vraiment formidables. J’ai assisté à un de ces grands moments au Pukkelpop, où un groupe qu’on trouve sympa arrive à mettre à genoux une petite foule de curieux.

The Dodos sur album, c’est un peu différent. Parce que les deux ingrédients principaux, une guitare très sèche et une batterie qui martèle, semblent plus monotones une fois que la performance est enregistrée. On retrouve donc ce groupe où ils nous avaient laissés avec Time To Die. On peut certes noter une évolution, un retour à une forme plus directe, plus proche de Visiter. Mais il faut bien l’avouer, quand on prend un peu de recul, ce sont trois albums qu’on prend ensemble ou qu’on rejette d’un bloc (quoique cette dernière réaction soir rare).

Le premier album était intéressant parce qu’il ne ressemblait à rien d’autre. Le second était moins intéressant parce qu’il ressemblait fort au premier et le troisième pourrait ne pas être intéressant parce qu’il épuise les recettes des deux premiers. Mais l’intérêt intrinsèque n’explique pas tout. On dirait qu’on a signé un chèque de sympathie en blanc à ce groupe. Tout ce qu’on leur demande dès lors, c’est de ne pas nous décevoir, de rester fidèles à eux-mêmes. Et ici, on peut dérouler la check-list, rien ne manque, y compris les petites touches de différences qui nous empêchent de penser qu’ils tournent trop en rond.

Les mélodies sont toujours présentes, mais basées sur une scansion minimale, ce qui empêche une certaine variété. De plus, ce qui est surprenant, c’est leur habituelle manie d’étirer leurs morceaux, contraste avec leur relative aridité. Laquelle n’est pas incompatible avec la fête. Going Under est par exemple plein d’allant, mais l’effet sur moi est depuis toujours un peu d’usure. Ils introduisent aussi un peu de distorsion (When Will You Go ?) et une guitare qui se fait plaisir sur Don’t Try And Hide It. Comme sur leurs précédentes livraisons, il y a quelques surgissements, où leur style s’incarne en de meilleurs morceaux. Cette fois, c’est Companions et son violon qui semble le mieux construit, et emporte le plus facilement l’adhésion.

Le quatrième album des Dodos ressemble à leurs précédents. Pour ceux qui comme moi trouvent ça très sympa mais pas fondamentalement génial, il n’y a aucune raison de bouder ce No Color si les précédents ont plu.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)