Accueil > Musique > 2011 > The Dodos - No Color

The Dodos - No Color

lundi 18 avril 2011, par Marc


Dans le petit monde indie, où les gens se connaissent par blog interposé et parle plus ou moins de la même chose, The Dodos est depuis ses débuts un de ces groupes célèbres pour une minorité. Cette blogosphère a en effet très vite reconnu ce duo devenu trio grâce à quelques morceaux très plaisants qui ont précédé leur premier album et quelques prestations vraiment formidables. J’ai assisté à un de ces grands moments au Pukkelpop, où un groupe qu’on trouve sympa arrive à mettre à genoux une petite foule de curieux.

The Dodos sur album, c’est un peu différent. Parce que les deux ingrédients principaux, une guitare très sèche et une batterie qui martèle, semblent plus monotones une fois que la performance est enregistrée. On retrouve donc ce groupe où ils nous avaient laissés avec Time To Die. On peut certes noter une évolution, un retour à une forme plus directe, plus proche de Visiter. Mais il faut bien l’avouer, quand on prend un peu de recul, ce sont trois albums qu’on prend ensemble ou qu’on rejette d’un bloc (quoique cette dernière réaction soir rare).

Le premier album était intéressant parce qu’il ne ressemblait à rien d’autre. Le second était moins intéressant parce qu’il ressemblait fort au premier et le troisième pourrait ne pas être intéressant parce qu’il épuise les recettes des deux premiers. Mais l’intérêt intrinsèque n’explique pas tout. On dirait qu’on a signé un chèque de sympathie en blanc à ce groupe. Tout ce qu’on leur demande dès lors, c’est de ne pas nous décevoir, de rester fidèles à eux-mêmes. Et ici, on peut dérouler la check-list, rien ne manque, y compris les petites touches de différences qui nous empêchent de penser qu’ils tournent trop en rond.

Les mélodies sont toujours présentes, mais basées sur une scansion minimale, ce qui empêche une certaine variété. De plus, ce qui est surprenant, c’est leur habituelle manie d’étirer leurs morceaux, contraste avec leur relative aridité. Laquelle n’est pas incompatible avec la fête. Going Under est par exemple plein d’allant, mais l’effet sur moi est depuis toujours un peu d’usure. Ils introduisent aussi un peu de distorsion (When Will You Go ?) et une guitare qui se fait plaisir sur Don’t Try And Hide It. Comme sur leurs précédentes livraisons, il y a quelques surgissements, où leur style s’incarne en de meilleurs morceaux. Cette fois, c’est Companions et son violon qui semble le mieux construit, et emporte le plus facilement l’adhésion.

Le quatrième album des Dodos ressemble à leurs précédents. Pour ceux qui comme moi trouvent ça très sympa mais pas fondamentalement génial, il n’y a aucune raison de bouder ce No Color si les précédents ont plu.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)