Accueil > Musique > 2012 > My Name Is Nobody - The Good Memories

My Name Is Nobody - The Good Memories

jeudi 12 avril 2012, par Marc

Voyage cohérent


Il y a des gens, comme ça, qui semblent faussement familiers. Familiers parce que la connivence s’établit tout de suite. Faussement parce que tout ce que j’ai lu sur ce projet d’un homme seul mais bien entouré fait référence à des artistes qui me sont complètement inconnus.

Parlons de la familiarité donc, puisque c’est ce qui nous intéresse et pourra vous plaire. Vous pourrez y croiser des fantômes, dont celui du tellement regretté Vic Chestnutt. On y pense notamment parce que le ton est assez décharné dans l’ensemble mais ne se refuse pas une petite injection de batterie dont le son peut évoquer les Canadiens en liberté de Silver Mt Zion. Un son sec, de la batterie, le nom de Two Gallants m’est venu aussi, pour la propension à trousser des morceaux qui restent en tête (The Wrong Trainer).

Ce style un peu nu parfois se renforce souvent d’invités, amenant des percussions (on l’a dit) mais aussi une voix féminine en contrepoint. Le résultat peut passer du lâche aux entournures (New Mexico et son banjo) à une ambiance plus pop et directe (My Life Travelling For Working) en passant par le plus épais Nastasia et la furie de Delivery Man. Ca bourdonne, ça cogne, et ça fonctionne. D’une manière générale, j’ai peu envie d’entrer dans le détail, c’est un album qui se prend en entier

A ce stade, vous n’aurez sans doute pas deviné que My Name Is Nobody, Vincent Dupas pour l’état civil, est Français. Et c’est très bien comme ça. Si vous identifiez du folk viscéral comme enregistré en Bretagne (c’est le cas ici), j’imagine que ça déforce l’impression. D’une manière générale, on s’éloigne aussi de ses compatriotes plus timides et réservés quand ils abordent ce style. La musique est aussi affaire d’évocation, et si on ne sent pas trop le square-dance ici, il est nécessaire d’y croire, de suivre un chanteur sans qu’il ne se sente obligé de sombrer dans le cliché. A cet égard, ce Good Memories est une réussite. On évoque un album de voyages, d’impressions. Pourtant, avec un peu de recul, on perçoit plus de cohérence qu’un traitement supposé pointilliste laisserait imaginer.

http://mynameisnobody.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • My Name Is Nobody - The Good Memories 18 avril 2012 00:43, par Mmarsupilami

    Il y a quelque chose qui m’échappe complètement. Tu as une idée de la justification de ce prix rarement rencontré sur Bandcamp ? 3 morceaux, 12 minutes et 11 euros ??? Pour un inconnu (c’’est le cas de le dire !), c’est peu commun !

    Question ; accepterais-tu une (re)publication de cette chronique dans ma rubrique Bandcamp ? Moyennant, bien entendu, citation en bonne et due forme. La série comporte déjà 35 albums et six contributions extérieures. Dont aucune de toi, je crois. Et je ne crois pas que l’occasion se soit déjà présentée de te la proposer. Little Reviews en serait très, très honoré !

     :-DD

    Voir en ligne : Little Reviews

    repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)