Accueil > Critiques > 2012

Ramona Falls - Prophet

mercredi 30 mai 2012, par marc

Fête foraine


Considérez ça comme une faute professionnelle si vous voulez (avouez cependant que ce serait un peu spécial pour un hobby), mais je n’avais pas écouté Intuit, le premier album de Ramona Falls, alors qu’une de mes missions de 2007 avait été de répandre la bonne nouvelle de Menomena, l’autre groupe de Brent Knopf.

Je m’attendais à plus de rudesse de la part du membre d’un groupe certes pop mais parfois très tortueux. Les projets solo ont en effet souvent la particularité soit de prolonger un aspect du groupe que le collaborateur souhaite approfondir, soit laisser libre cours à un style pas du tout pratiqué par ledit groupe. Bodies Of Water vient dissiper le doute, il aurait tout à fait sa place sur le successeur de Mines. Et on ne tarde pas à replonger dans cet univers à la fois complexe et familier.

Petite différence, les voix semblent un peu plus douces que chez Menomena. Pour le reste, on retrouve et art de la syncope. Et puis cette façon de démarrer mine de rien, en facteur (je m’autorise un terme cycliste de temps en temps), avec un piano presque anodin me plait vraiment, et peut installer un climat mélodique et mélancolique avant que les explosions ne densifient le tout (If i equals u, Divide By Zero). J’aime cette façon de faire monter la sauce sans avoir l’air d’y toucher, presque prog par moments (Archimedes Plutonium), mais débouchant presque toujours sur de la tension (The Space Between Lightning and Thunder). Plus que le morceau qui tue, on guette le soubresaut, et on le perçoit en de nombreux endroits, quand Sqworm s’emballe par exemple, ou dans les éruptions de guitare de Fingerhold. C’est d’ailleurs souvent la six-cordes qui amène ces moments comme Brevony. Du coup, les morceaux plus pop comme Helium semblent tout dépourvus.

Le risque de ces incessants cahots, c’est d’être crevant. Mais Brent Knopf a une botte secrète, une énergie pop qui peut faire passer les plus arides expérimentations avec le sourire. Cet album surprenant, jouant sur la tension et sa résorption, est donc fatalement inégal. La perception globale peut ne pas refléter la hauteur des sommets occasionnels. Ce n’est pas une enfilade de perles complexes comme ont pu l’être les deux premiers albums de Menomena, mais on sent un vrai talent qui maitrise la roue libre. Il m’a fallu un peu de temps pour que cette partie de montagnes russes fasse tout son petit effet, mais là, je peux dire que j’ai envie de refaire la file et repartir pour un tour.

http://ramonafalls.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)