Accueil > Musique > 2012 > Ramona Falls - Prophet

Ramona Falls - Prophet

mercredi 30 mai 2012, par Marc

Fête foraine


Considérez ça comme une faute professionnelle si vous voulez (avouez cependant que ce serait un peu spécial pour un hobby), mais je n’avais pas écouté Intuit, le premier album de Ramona Falls, alors qu’une de mes missions de 2007 avait été de répandre la bonne nouvelle de Menomena, l’autre groupe de Brent Knopf.

Je m’attendais à plus de rudesse de la part du membre d’un groupe certes pop mais parfois très tortueux. Les projets solo ont en effet souvent la particularité soit de prolonger un aspect du groupe que le collaborateur souhaite approfondir, soit laisser libre cours à un style pas du tout pratiqué par ledit groupe. Bodies Of Water vient dissiper le doute, il aurait tout à fait sa place sur le successeur de Mines. Et on ne tarde pas à replonger dans cet univers à la fois complexe et familier.

Petite différence, les voix semblent un peu plus douces que chez Menomena. Pour le reste, on retrouve et art de la syncope. Et puis cette façon de démarrer mine de rien, en facteur (je m’autorise un terme cycliste de temps en temps), avec un piano presque anodin me plait vraiment, et peut installer un climat mélodique et mélancolique avant que les explosions ne densifient le tout (If i equals u, Divide By Zero). J’aime cette façon de faire monter la sauce sans avoir l’air d’y toucher, presque prog par moments (Archimedes Plutonium), mais débouchant presque toujours sur de la tension (The Space Between Lightning and Thunder). Plus que le morceau qui tue, on guette le soubresaut, et on le perçoit en de nombreux endroits, quand Sqworm s’emballe par exemple, ou dans les éruptions de guitare de Fingerhold. C’est d’ailleurs souvent la six-cordes qui amène ces moments comme Brevony. Du coup, les morceaux plus pop comme Helium semblent tout dépourvus.

Le risque de ces incessants cahots, c’est d’être crevant. Mais Brent Knopf a une botte secrète, une énergie pop qui peut faire passer les plus arides expérimentations avec le sourire. Cet album surprenant, jouant sur la tension et sa résorption, est donc fatalement inégal. La perception globale peut ne pas refléter la hauteur des sommets occasionnels. Ce n’est pas une enfilade de perles complexes comme ont pu l’être les deux premiers albums de Menomena, mais on sent un vrai talent qui maitrise la roue libre. Il m’a fallu un peu de temps pour que cette partie de montagnes russes fasse tout son petit effet, mais là, je peux dire que j’ai envie de refaire la file et repartir pour un tour.

http://ramonafalls.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)