Accueil > Musique > 2012 > Meursault - Something For The Weakened

Meursault - Something For The Weakened

lundi 12 novembre 2012, par Marc


Il est des albums qui tombent à pic. Prenez ce Meursault par exemple, arrivant en même temps que la première écume de la vague de la rentrée mais avant qu’elle ne nous submerge complétement, il a permis de patienter dans la disette de l’été. Malheureusement pour lui, il doit attendre l’accalmie de l’automne pour que l’article paraisse.

Je ne sais jamais comment définir ce que j’aime en musique. Par contre, je peux tout de suite me rendre compte si je vais continuer à écouter un album. Je suppose qu’on est tous dans le cas. Thumbs me donne cette envie de prolonger le plaisir. Ce folk ample, misant plus sur l’électricité que sur les couches de son, est tout à fait à mon goût en tous cas. Comme ceci est le troisième album de Meursault, il est probable que vous les connaissiez déjà, et d’autres nous l’ont déjà chaleureusement conseillé.

Meursault aime ces morceaux tout calmes, de ceux dont on devine dans le tempo lent que quelque chose se prépare. Comme le chantait Bob Dylan « Like the stillness in the wind before the hurricane begins ». Dearly Distracted se laisse aller dans un final électrique assez chargé du plus bel effet. Port O’Brien aimait aussi ces digressions mais ils étaient plus nerveux dans leur exécution. Meursault aime visiblement prendre son temps pour arriver à déclencher l’orage où et quand il l’a décidé. Parfois cependant on attend et rien ne vient (Hole).

Outre la regrettée formation californienne, j’aurai aussi associé ce groupe à Freelance Whales, voir Fanfarlo première époque (Dull Spark), mais avec un son plus granuleux, moins lisse. Et des éructations plus râpeuses également. Cette voix tremblante qui convient bien au justement nommé Lament For A Teenager, lui apporte une bienvenue sensibilité. Que l’on retrouve délicatement mise en évidence par la très jolie combinaison de piano et de violon de Mamie. C’est peut-être ce qui les éloigne de certaines formations américaines qui donnent l’impression de revenir des moissons.

Le petit plus de Meursault, c’est une sensibilité qui rend cette musique un peu plus brute que jolie, plus incisive par moments. Cette tension permanente, cette voix constamment à la limite de la rupture peut aussi être un frein, j’en suis conscient. Mais si vous suivez, même occasionnellement, nos conseils, ceci en est un.

http://www.myspace.com/meursaulta701

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Meursault - Something For The Weakened 19 novembre 2012 19:28, par MMarsupilami

    Dans un premier temps, j’ai été déçu : Meursault, en ayant accès à un "vrai" studio (puisque c’est le cas pour la première fois) a perdu le cachet "épique-bricolo-folk" de son fabuleux album précédent. Le son s’est nourri au gré de nouveaux arrangements et accompagnements et la hargne -que certains trouvaient surfaite, mais qui me tirait presque des larmes d’émotion-, si elle ne s’est éteinte, s’est amortie. L’album est ainsi resté de côté. Mais les écoutes répétées que cela implique -les occasions où je laisse aller les listes Itunes au gré du temps ne se comptent plus dans une discothèque peu renouvelée- ont révélé la richesse de ce nouvel album. Une nouvelle voie où la tension est autre et la beauté magnifiée et assagie. Une musique qui peut décorer une sieste de nostalgie et relever un temps d’arrêt de mouvement lent...

    repondre message

    • Meursault - Something For The Weakened 20 novembre 2012 12:26, par Marc

      Bien honnêtement, j’étais passé à côté de ce qu’ils ont fait avant, même si j’avais retenu ton conseil. Je peux donc difficilement faire une comparaison avant/après. Par contre, les écoutes se sont accumulées depuis la sortie de l’album et il tient bien la distance, même si le ton toujours ’à la limite’ est à réserver aux moments où on est disposés.

      repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)