Accueil > Musique > 2013 > Cloud Cult - Love

Cloud Cult - Love

vendredi 8 mars 2013, par Marc

La taille de nos coeurs


Cloud Cult est un groupe comme on les aime, intègre et à forte personnalité. L’album précédent nous avait laissé un peu sur notre faim parce que la folie était un peu moins présente, mais on a continué à garder une sympathie certaine pour la formation du Minnesota qui sort tout de même son neuvième album. Cette folie n’a pas réapparu subitement, mais dès It’s Your Decision, on sent une vraie belle intensité.

Il y a toujours plus dans une chanson de Cloud Cult. Leur habitude d’en faire trop est toujours aussi réjouissante parce que malgré tous les effets, malgré l’ampleur, cette musique n’est pas imposante, elle reste intime, personnelle. Ce groupe sait créer une intimité avec son auditeur. C’est une maison accueillante qui ne paye pas de mine de l’extérieur mais que l’architecture complexe rend très spacieuse. Autre paradoxe, ce groupe a l’air de fonctionner dans la vie comme une communauté. Si la musique évoque sans conteste le vivre ensemble, et une œuvre vraisemblablement collective, on est loin des nouveaux hippies à la Edward shape And The Magnetic Zeros. De plus, le son n’a jamais cédé à la mode de la fausse déglingue. Les violons sont toujours à deux doigts d’être synthétiques, et ils ne lésinent pas sur les explosions bien agréables de 1x1x1.

Quand on prête une oreille plus attentive à ce qu’ils chantent, on peut détecter çà et là quelques indications sur leurs intentions. Life is a playground/But it takes a lot of work par exemple est assez révélatrice de leur volonté de discipliner leur créativité. Et ils ont raison, puisqu’ils poussent la densité très loin sur Sleepwalker. Le très beau It’s Your Decision convoque tout, le piano, le roulement de batterie, des violons toujours à deux doigts d’être synthétiques et un cœur gros comme ça pour en faire un grand moment.

On sent leur envie, leur goût de se mettre ensemble pour beugler Complicated Creation. Comme ils le disent si bien In the end we are measured by the size of our hearts/So we can’t do this alone (Good Friend).

Une fois qu’ils ont pris congé de nous sur l’incandescent The Show Starts Now, on les raccompagne sur le pas de la porte, on leur fait au revoir de la main, certains qu’on est de les accueillir encore et encore.

http://www.cloudcult.com/index.html
http://www.myspace.com/cloudcult

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)