Accueil > Musique > 2013 > Jean-Louis Bergère - Demain De Nuits De Jours

Jean-Louis Bergère - Demain De Nuits De Jours

jeudi 11 avril 2013, par Marc


Il ne faut pas confondre Jean-Louis Bergère avec Jean-Louis Bergheaud (mieux connu comme Jean-Louis Murat). Surtout si comme moi vous n’en aviez jamais entendu parler. Cependant, si cet article titille votre curiosité, il ne faudra pas longtemps avant qu’il ne vous paraisse familier. Parce que le troisième album du Français a toutes les chances de plaire à ceux qui ont porté leur attention sur les délicats artisans de la chose francophone, dont les premiers noms qui me viennent en tête sont Bastien Lalleman ou Bertrand Belin.

On demande plus à la chanson française de nous toucher avec des textes. Ceux de Jean-Louis ne m’ont pas transporté, même s’ils sont bien ciselés et ne tombent dans aucun travers connu. C’est surtout la musicalité de la voix et des arrangements qui m’ont plu ici. Mais s’ils ne veulent pas s’imposer de façon sentencieuse (et ne semble pas vouloir s’inscrire dans la suite d’encombrants anciens), il y a tout intérêt à aller vers eux, sans quoi on pourrait passer à côté du poignant Dans Mes Bras parce que la musique parait faussement lisse. Ce mélange fonctionne en tout cas. Le son reste assez clair, avec souvent de discrètes nappes de synthé (on pense à celles de Murat sur A l’Envers Le Monde) et de la pedal steel qui n’est pas utilisée comme dans la country.

Cependant, il suffit d’un peu de guitare pour prendre plus de relief sur Tout Ce Qui Nous Protège dont la voix qui s’emballe (un peu) m’a fait penser à Bertrand Cantat. Cet emploi de l’électricité n’est pas si différent de ce qu’en fait Joseph d’Anvers, surtout sur le plus sombre Atlantic Drive. Mais ces moments sont plutôt l’exception. D’une manière générale, c’est un album dont il faut appréhender la lenteur. Une fois accoutumés, on pourra se détendre sur de l’impeccable spleen de Demain De Nuits De Jours ou se lover au creux de Rien Ne Nous Sera Épargné.

C’est surtout cette propension à prendre une voix très grave qui est marquante, qu’il alterne même souvent d’une voix aiguë au sein d’une même phrase. Dorénavant, je ne pourrais plus confondre Jean-Louis Bergère avec aucun autre. Si vous êtes curieux et avides de découvrir de nouvelles voix dans notre langue, faites le détour par Angers.

http://www.jeanlouisbergere.com/accueil.php
http://www.myspace.com/jeanlouisbergere

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)