Accueil > Critiques > 2014

Xiu Xiu - Unclouded Sky

mercredi 14 mai 2014, par marc


Ces dernières années, le Record Store Day s’impose comme un évènement majeur. La version américaine en tous cas permet quelques sorties plus ‘légères’ et tout à fait réjouissantes. En plus d’un best-of sur vinyle agrémenté d’une compilation de raretés (notamment de fameuses reprises tordues), Xiu Xiu en profite pour sortir un album de reprises un peu particulier. Enregistrées en une seule journée dans les studios de sigur Ros, ces versions de morceaux composés entre 1850 et 1920 sont accompagnées d’une seule guitare (un modèle de 1953 offert par son producteur de père).

James Stewart s’est déjà lancé dans des reprises mais de façon plus personnelle, ce qui est presqu’inévitable vu son indéniable originalité. Il a manifestement un grand respect pour ces œuvres interprétées de façon très simple. Lesquelles chansons m’étaient totalement inconnues, à l’exception de Wreck on The Highway qui a été enregistrée par Bruce Springsteen (sur The River) mais date de bien plus tôt. On sent tout de suite à la simplicité de ces chansons que ce sont des classiques, des incunables attachés à la culture des USA. Au contraire de Moriarty qui s’est aussi frotté récemment à ce répertoire de façon plaisante mais scolaire et littérale, il apporte sa patte à toutes ces versions.

Non, on ne s’attendait pas nécessairement à ce qu’il sorte des morceaux aussi dépouillées. Pour ceux qui en doutaient encore, voici la brillante affirmation de sa singularité en tant que chanteur. Les arrangements sont finalement très minimalistes. Une guitare qui martèle deux notes et c’est à peu près tout pour Blood of the Lamb qui dégage pourtant une grosse intensité. Des bruits d’animaux et d’eau enregistrés dans la jungle de Guyane constituent non seulement les morceaux de transition, mais viennent habiller les ‘vrais’ morceaux chantés. Et entendre un singe en fond, c’est finalement tout ce qu’il faut pour rendre I’ll Fly Away intéressant.

Oui, on aurait pu retrouver All Fo’ You sur un de ses albums récents. Il faut dire que les paroles « You took the hammer you knocked my head, you took the razor cut my throat, all fo’ you baby, all fo’ you” semblent aller très bien à l’univers plutôt noir de Xiu Xiu. Mais qui trouve ici des accents plus apaisés. Sa voix de tête sur le très joli Church In The Wild Woods n’est pas sans rappeler un Perfume Genius qui serait passé du côté trouble de la force.

Les exercices de Xiu Xiu en marge de la discographie plus régulière sont une inépuisable source de curiosité. S’il arrive qu’ils se révèlent un peu rudes comme quand il se frotte à Nina Simone ou bidouille avec Eugene Robinson, il peut aussi mettre sa personnalité d’interprète au service de chansons hors d’âge et s’en sortir avec les honneurs, montrant qu’il peut tout simplement être touchant avec une guitare et sa voix (et un peu de sons de jungle). Plus facile d’accès, ce qui n’est finalement qu’une escapade se révèle un bien bel album qui montre une nouvelle facette du talent de James Stewart.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)