Accueil > Musique > 2015 > Olivier Savaresse - La Galaxie Du Chien Qui Fume

Olivier Savaresse - La Galaxie Du Chien Qui Fume

lundi 20 avril 2015, par Marc


Des albums arrivent parfois de nulle part, sans crier gare. Avec un nom un peu absurde, cette Galaxie Du Chien Qui Fume intrigue. Ce n’est pas un véritable spoiler, mais ce titre de son quatrième album trouve son explication sur le morceau du même nom. C’est donc une blague un peu potache, ce que n’est pas cet album. D’autant que le morceau en question propose une partie de guitare bien réjouissante.

Les premières écoutes déconcertent en tous cas. Pas tellement par le propos que par la variété de ton de ce qu’on entend. Il n’est pas question d’album-concept ou de véritable roue libre mais les voix peuvent aussi bien venir d’un enregistrement de voix de dame, d’enfant qui peine à lire des noms géographiques ou alors un chant véritable. Lequel m’a beaucoup fait penser à celui de Jéronimo. Même quand il tente de faire rentrer trop plein de mots d’amour dans des phrases (Tout Contre Elle).

Pour le reste, on sent surtout des envies de voyages et de musique. Les premières s’expriment surtout par des retours d’expérience, une volonté d’ailleurs (Prendre La Route). Et de la musique, il y en a aussi beaucoup. Des cordes sur L’Argent Ne Rentre Pas Tout Seul, une guitare virtuose (acoustique ou électrique mais toujours très libre) et surtout quelques belles envolées de groove comme le très funky Et Si On Allait Sur La Lune.

Cette envie est assez communicative et surtout jamais démonstrative, cet album faussement contemplatif semble en effet prendre son temps, demander à l’auditeur de faire attention aux détails. Parce que certains monologues au ton presque distancié et sur des sujets apparemment ténus peuvent faire penser à un Vincent Delerm qui ne prendrait pas la pose (essayez d’imaginer quoi…).

On pense aussi beaucoup à Gainsbourg sur Variation, Energie ou Tonton Tam Tam. Ce n’est pas une référence anodine, et il faut vraiment tenir la distance musicalement pour la mériter. Vous aurez compris que c’est le cas ici. Cette Galaxie plaira donc aux esprits curieux, susceptibles de lâcher prise et de partir en voyage avec un auteur qu’on découvre et qui pourra vous séduire.

http://osavaresse.wix.com/website

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)