Accueil > Musique > 2015 > Olivier Savaresse - La Galaxie Du Chien Qui Fume

Olivier Savaresse - La Galaxie Du Chien Qui Fume

lundi 20 avril 2015, par Marc


Des albums arrivent parfois de nulle part, sans crier gare. Avec un nom un peu absurde, cette Galaxie Du Chien Qui Fume intrigue. Ce n’est pas un véritable spoiler, mais ce titre de son quatrième album trouve son explication sur le morceau du même nom. C’est donc une blague un peu potache, ce que n’est pas cet album. D’autant que le morceau en question propose une partie de guitare bien réjouissante.

Les premières écoutes déconcertent en tous cas. Pas tellement par le propos que par la variété de ton de ce qu’on entend. Il n’est pas question d’album-concept ou de véritable roue libre mais les voix peuvent aussi bien venir d’un enregistrement de voix de dame, d’enfant qui peine à lire des noms géographiques ou alors un chant véritable. Lequel m’a beaucoup fait penser à celui de Jéronimo. Même quand il tente de faire rentrer trop plein de mots d’amour dans des phrases (Tout Contre Elle).

Pour le reste, on sent surtout des envies de voyages et de musique. Les premières s’expriment surtout par des retours d’expérience, une volonté d’ailleurs (Prendre La Route). Et de la musique, il y en a aussi beaucoup. Des cordes sur L’Argent Ne Rentre Pas Tout Seul, une guitare virtuose (acoustique ou électrique mais toujours très libre) et surtout quelques belles envolées de groove comme le très funky Et Si On Allait Sur La Lune.

Cette envie est assez communicative et surtout jamais démonstrative, cet album faussement contemplatif semble en effet prendre son temps, demander à l’auditeur de faire attention aux détails. Parce que certains monologues au ton presque distancié et sur des sujets apparemment ténus peuvent faire penser à un Vincent Delerm qui ne prendrait pas la pose (essayez d’imaginer quoi…).

On pense aussi beaucoup à Gainsbourg sur Variation, Energie ou Tonton Tam Tam. Ce n’est pas une référence anodine, et il faut vraiment tenir la distance musicalement pour la mériter. Vous aurez compris que c’est le cas ici. Cette Galaxie plaira donc aux esprits curieux, susceptibles de lâcher prise et de partir en voyage avec un auteur qu’on découvre et qui pourra vous séduire.

http://osavaresse.wix.com/website

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)