Accueil > Critiques > 2015

 !!! - As If

mercredi 21 octobre 2015, par marc


Tout qui a vu se déhancher Nic Offer sur scène, habillé normalement ou en caleçon américain et appuyé par une machine de guerre de dancefloor ne peut qu’avoir de la sympathie pour  !!! (ça se prononce tchic-tchic-tchic on le rappelle). S’ils n’ont qu’un seul album vraiment enthousiasmant sur la longueur (Myth Takes), ils ont su maintenir la pression, navigant plutôt dans les eaux disco plutôt que dans la mouvance DFA (LCD Soundsystem, The Rapture) qui était là au même moment et au même endroit.

Cet As If est comme une fusée qui largue progressivement ses étages. On peut classer le premier dans le propulseur à poudre indispensable pour s’arracher du sol mais ne participant pas au largage. On n’y retrouve d’ailleurs pas de chant à proprement parler, il faudra attendre Sick Ass Moon qui part dans sa seconde partie sur un mode presque purement électonique.

Ils connaissent leur métier et sortent la grosse basse à la Moroder et la grosse caisse sur Every Little Bit Counts et modèlent Til The Money Runs Out à coup de réverb’. La bonne idée de ne presque jamais appuyer sur la pédale de freins. Donc ça groove sans discontinuer ou peu s’en faut. On a donc quelques morceaux plus saignants comme Ooo ou Freedom ! ’15 qui nous fait cependant plus penser qu’on est en 1978.

Ils n’hésitent pas à se lancer dans des exercices hors-format avec I Feel So Free (Citation Needed) mais le milieu d’album souffre légèrement d’un peu trop d’abstraction (All The Way) ou de roue libre (Funk – I got This).

 !!! se transforme de nouveau en une machine à groove un peu abstraite, toute orientée vers l’exultation. C’est moins percutant dans le détail que ce qu’ils ont pu livrer sur Myth Takes mais ils ne perdent pas leur fameux sens de la fête et du bordel finalement bien organisé.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)