Accueil > Musique > 2016 > Yeasayer - Amen & Goodbye

Yeasayer - Amen & Goodbye

vendredi 27 mai 2016, par Marc


Inclassable est une épithète qu’on décoche un peu vite quand un groupe est rétif à la critique frontale. La carrière de Yeasayer a commencé sous le signe de la pop ensoleillée qui avait cours à l’époque et puis viré vers une pop très orientée vers les années ’80. Rien de bien exotique ou follement nouveau sur le papier, mais les résultats avaient plu. Question de perception évidemment, mais il semble qu’ils en font maintenant la synthèse tout en s’en éloignant sensiblement et en y mêlant des éléments nouveaux comme une relecture personnelle d’une certaine pop psychédélique vintage.

Daughters of Cain pourrait être un Pink Floyd primitif, puisant dans une pop ensoleillée et un peu lysergique telle qu’on l’aimait à la fin des sixties. Le son lui-même n’utilise pourtant aucune des ficelles de vieillissement artificiel, il est même résolument ancré dans l’époque. On entend certes un peu de ithare sur Half Asleep, voire même du clavecin sur l’interlude instrumental Child Prodigy.

Les meilleurs morceaux sont ceux qui montrent deux visages. I Am Chemistry dévie en son milieu, ne reculant même pas devant les chœurs d’enfants, comme si Kevin Barnes faisait semblant de s’acheter une conduite. On peut donc aussi rapprocher l’éclectisme hystérique d’Of Montreal. On retrouve aussi des traces de cette folie sur le début de Gerson’s Whistle. Mais comme pour mieux montrer qu’ils ne sont pas dupes, ils remontent par des chœurs inspirés, se présentant plutôt comme un Menomena(Dead Sea Scrolls) dont le but serait d’absorber des cocktails immenses.

Notons aussi que le visuel signé par le sculpteur David Altmejd et qui s’animent ci-dessous renforce autant l’aspect barré que l’impression qu’il y a un plan là-derrière. Le plus déconcertant est que si l’album passe très bien d’un coup, ça semble tirer dans tous les sens quand on en fait le détail, passant du plus lâche Cold Night au très pop Silly Me en passant par un début presque ambient pour Prophecy Gun. On ne fera donc pas encore définitivement le tour du groupe de Brooklyn, pas plus qu’on ne le cernera facilement. Et c’est très bien comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)