Accueil > Musique > 2016 > Yeasayer - Amen & Goodbye

Yeasayer - Amen & Goodbye

vendredi 27 mai 2016, par Marc


Inclassable est une épithète qu’on décoche un peu vite quand un groupe est rétif à la critique frontale. La carrière de Yeasayer a commencé sous le signe de la pop ensoleillée qui avait cours à l’époque et puis viré vers une pop très orientée vers les années ’80. Rien de bien exotique ou follement nouveau sur le papier, mais les résultats avaient plu. Question de perception évidemment, mais il semble qu’ils en font maintenant la synthèse tout en s’en éloignant sensiblement et en y mêlant des éléments nouveaux comme une relecture personnelle d’une certaine pop psychédélique vintage.

Daughters of Cain pourrait être un Pink Floyd primitif, puisant dans une pop ensoleillée et un peu lysergique telle qu’on l’aimait à la fin des sixties. Le son lui-même n’utilise pourtant aucune des ficelles de vieillissement artificiel, il est même résolument ancré dans l’époque. On entend certes un peu de ithare sur Half Asleep, voire même du clavecin sur l’interlude instrumental Child Prodigy.

Les meilleurs morceaux sont ceux qui montrent deux visages. I Am Chemistry dévie en son milieu, ne reculant même pas devant les chœurs d’enfants, comme si Kevin Barnes faisait semblant de s’acheter une conduite. On peut donc aussi rapprocher l’éclectisme hystérique d’Of Montreal. On retrouve aussi des traces de cette folie sur le début de Gerson’s Whistle. Mais comme pour mieux montrer qu’ils ne sont pas dupes, ils remontent par des chœurs inspirés, se présentant plutôt comme un Menomena(Dead Sea Scrolls) dont le but serait d’absorber des cocktails immenses.

Notons aussi que le visuel signé par le sculpteur David Altmejd et qui s’animent ci-dessous renforce autant l’aspect barré que l’impression qu’il y a un plan là-derrière. Le plus déconcertant est que si l’album passe très bien d’un coup, ça semble tirer dans tous les sens quand on en fait le détail, passant du plus lâche Cold Night au très pop Silly Me en passant par un début presque ambient pour Prophecy Gun. On ne fera donc pas encore définitivement le tour du groupe de Brooklyn, pas plus qu’on ne le cernera facilement. Et c’est très bien comme ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)