Accueil > Musique > 2016 > The Legendary Pink Dots - Pages of Aquarius

The Legendary Pink Dots - Pages of Aquarius

jeudi 14 juillet 2016, par Marc


Il y a une grosse vingtaine d’années déjà, quelques personnes bien intentionnées m’ont ouvert à des mondes musicaux parallèles. Certes, il y en a des centaines, des milliers qu’on n’aura jamais l’occasion de visiter mais celui dont il sera question ici est notamment peuplé par The Legendary Pink Dots. Le combo anglo-batave formé en 1980 a empilé les albums (ceci est le… quarante-cinquième) tout en maintenant le cap de la singularité, des brassages improbables et quelques disques tout simplement brillants comme The Mariah Dimension ou Crushed Velvet Apocalypse.

Huit ans ont beau avoir passé depuis la dernière fois qu’on en a parlé, le contact est rétabli d’emblée par un Mirror Mirror bien engageant, avec un peu de distorsion et un engagement qui fait plaisir à voir. On se calme avec The Greatest Story Ever Told qui lui aussi traite de notre rapport au progrès (we worship this technology), le liant étant également assuré par la façon tellement caractéristique de chanter ou de déclamer d’Edward Ka-Spell. C’est elle qui surnage dans la luxuriance de la jungle électronique de D-Train et n’a souvent pas besoin de plus que de quelques nappes de synthés pour emballer (Prodigal).

De plus ils ne reculent pas devant des morceaux apaisés et apaisants (Credibility, Trending). Et puis ils terminent de façon assez traditionnelle pour eux par quelques plages très très longues (16 minutes tout de même pour Long Don’t Go There/Page Aquarius). Ça leur permet de ne pas trop se soucier des conventions couplet/refrain et autres contraintes dont ils ne se sont jamais guère préoccupés. La folie douce n’apparait que sur le très long final The Weight of Water Parts 1-4. On retrouve de pareilles digressions sur à peu près toute leur discographie. La montée bien psychédélique est en tout cas bien sentie.

Non, la musique d’Animal Collective ou autres Panda Bear n’est pas née sur rien, spontanément et en toute nouveauté, il y a eu pléthore de précurseurs, de défricheurs de possibles (pour reprendre un slogan nouille d’homme politique belge) et on est contents de constater que certains de ces explorateurs gardent la foi et livrent des albums à la hauteur de leur réputation.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)