Accueil > Musique > 2021 > Tamar Aphek - All Bets are Off

Tamar Aphek - All Bets are Off

vendredi 29 janvier 2021, par Marc


On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. Avec une impression de cool jamais démentie pour mener Crossbow à son point d’incandescence.

Pas le temps de récupérer ou de se demander ce qui nous arrive, on enchaîne avec le soigneusement sale Russian Winter. La voix est un tout petit peu à côté, assez pour créer un décalage mais pas trop pour qu’on pense que c’est maladroit. Et cette fausse nonchalance est vraiment appréciable, apportant souvent un contrepoint à ce qui pourrait sembler plus rude. Un peu déglingué juste comme il faut (Too Much Information).

Cet album est imprégné de Psychédélisme, un peu parce qu’il y a des sons d’orgue, beaucoup parce que l’ambiance générale est très détendue. Et il y a des parties de guitares un peu furieuses, un peu trippées (Drive) et avec une rythmique à l’avenant. On applaudirait si on n’était pas en train de s’avachir sur le tapis du salon avec les bras en croix. Les guitares ne sont pas passées de mode, il faut simplement trouver des façons, certes pas nouvelles mais diablement séduisantes, de les mettre en avant. C’est ce qu’on a sur Nothing Can Surprise Me.

On peut penser aux sixties sauf qu’à l’époque on n’avait pas anticipé le glam, le kraut et plein de choses qui vont remplir nos bonheurs musicaux et qui se retrouvent dans ce riche creuset. Vocalement, elle peut étrangement faire penser à celle de Marie Modiano qui prendrait les intonations de Brisa Roché pour un résultat forcément sensiblement différent.

Mais elle rétracte les griffes sur All I Know, mais on sait qu’un simple coup d’adrénaline les fera ressortir. Aussi, quand Beautiful Confusion se fait plus bluesy, on sait qu’il va décoller et on n’a pas tort. Si c’est un peu lâche, la tension reste là et cet équilibre est une des grandes satisfactions de cet album et sera sans doute compliquée à reproduire. Mais on n’en est pas là, l’important c’est ce présent, ce plaisir d’écoute chaque fois renouvelé, augmenté du plaisir d’une découverte qui ne nous appartiendra bientôt plus.

La reprise d’As Time Goes By n’est évidemment pas scolaire. Pas minimaliste, comme si elle avait été dégottée sur un album d’épluchures (de banane) du Velvet. Le genre est certes différent et les ressemblances peu littérales mais cette façon de trousser un univers à partir d’éléments connus avec une envie grosse comme ça renvoie à St Vincent ou Anna Calvi. On ne va pas se voiler la face, ceci est une musique pour gens intéressés, et j’aime à penser que tu es du nombre. Et ce brassage à haute température va dans doute te plaire, ce plaisir des sens est fait pour être partagé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Tamar Aphek - All Bets are Off 29 janvier 2021 21:48, par Laurent

    Bien vu, je suis effectivement du nombre. Il va me falloir un paquet d’écoutes pour digérer cette affaire, mais ça ne laisse clairement pas indifférent.

    repondre message

    • Tamar Aphek - All Bets are Off 3 février 2021 12:12, par Marc

      Il est des noôôôtres ! Je sens que le club des amateurs est destiné à grandir encore...

      repondre message

      • Tamar Aphek - All Bets are Off 25 février 22:00, par Yip

        Toujours un peu, beaucoup, tard... Je viens d’écouter. Délices. Un peu comme quand j’ai découvert Calvi. Mais en mieux. Moins commercial ? Plus viscéral ? Ou peut-être plus actuel... Anyway. Merci pour cette découverte..

        repondre message

        • Tamar Aphek - All Bets are Off 2 mars 13:20, par Marc

          Disons que cette musique vieillira sans doute bien, il n’y avait pas d’urgence à la découvrir. Et c’est toujours un plaisir de partager des coups de cœur comme celui-ci !

          repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)

  • chickn - Wowsers

    Se laisser guider par les rencontres fortuites du net, voilà une bonne idée. Depuis quelques années, un des fournisseurs de découvertes est donc grec, Inner Ear Records. Ce qui nous a apporté des formations comme Gravitysays_i, Mechanimal, Tango With Lions, Golden Rain, Sundayman ou Baby Guru. Le temps avait manqué pour parler de l’album précédent de chickn, avec sa chouette pochette avec une vache dessus.
    Ce premier album était rock garage et un peu psychédélique. Celui-ci est plus léger, toujours (...)