Accueil > Musique > 2019 > Brisa Roché - Low Fidelity

Brisa Roché - Low Fidelity

jeudi 15 août 2019, par Marc


On a beau n’avoir parlé que de la moitié des huit albums de Brisa Roché, la francophile américaine fait partie de nos connaissances de longue date. Elle semble continuer sa veine plus acoustique déjà entamée avec l’intime Father mais pousse le curseur encore plus loin. Pour avoir connu ses inclinations jazzy, c’est tout de même déroutant.

Except for Love est ainsi un pur guitare-voix et les morceaux peuvent ainsi être bien courts. Summerelo fait un peu plus d’une minute et ça marche fort bien comme ça.

Pour ne pas sonner comme de la musique de feu de camp, elle compte sur un son savamment cradifié (Can You Run), aux accents très lo-fi mais mélodies soignées. Le procédé est manifeste sur le plus rude Daughter of a Teacher qui propose des accents de Feist dans la voix et cette dualité-là. On ne poussera pas les références jusque PJ Harvey cependant surtout que la voix peut aussi rester là-haut (Tiger Song) avec son timbre particulier, approchant la simplicité désarmante de Marissa Nadler.

Il faut dans ce cas soigner les mélodies et elle est bien pourvue de ce côté-là (Rings), les soulignant de beaux chœurs (California Man), se chargeant visiblement des secondes voix (Secret Song). Album très sec mais aux mélodies systématiquement imparables, ce justement nommé Low Fidelity acte la transformation de Brisa Roché en productrice de diamants très bruts.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)