Accueil > Musique > 2016 > Vincent Delerm - A Présent

Vincent Delerm - A Présent

lundi 21 novembre 2016, par Marc


La vérité est toujours plus riche que la caricature. Quand il a débarqué en 2002, Vincent Delerm était le versant rive gauche d’une énième nouvelle chanson française (label qu’on ressort souvent depuis plus de 30 ans), et ses chansons lettrées et narquoises ont eu un succès rapide, certes, mais l’ont aussi confiné à une case bien réductrice. Parce que tout ce qu’il a produit depuis s’éloigne de cette matrice de base, parce qu’album après album, son univers prend de l’épaisseur.

Certes, tout n’a pas changé non plus, mais tout a évolué. Musicalement tout d’abord. Lui qui s’était démarqué en pratiquant un classique piano-voix a toujours revendiqué une influence anglo-saxonne, notamment des formations comme les Tindersticks ou Divine Comedy. Mais la sortie récente d’un nouvel album de Neil Hannon (avec qui il a collaboré) permet aussi de voir que cette relecture n’est pas littérale. Tout au plus remarque-t-on quelques rapprochements dans la façon de tresser des cordes ou des chœurs sur le très beau Dans Le Décor.

Les arrangements sont plus ceux d’une chanson française soyeuse, laquelle influence aussi d’autres chanteurs hexagonaux comme Arnaud Fleurent-Didier ou Benjamin Biolay. Qu’on retrouve ici pour un duo, prolongeant le plaisir des Cerfs-volants sur Favourite Songs et qu’on n’imaginait pas aussi proche vocalement. D’ailleurs, s’il arrive à trouver une forme qui convient parfaitement à ses capacités vocales pas illimitées, ça n’a pas toujours été le cas, il a fallu quelques scories moins convaincantes (Les Piqûres d’Araignées) avant de stabiliser le procédé.

Il fait en tous cas des efforts pour détacher l’étiquette de ‘chanteur à textes’ comme en témoigne l’élaboration récente d’une BO pour le film La Vie très privée de Monsieur Sim et la présence d’un morceau purement instrumental (Un Eté). Mais ces textes n’ont pas été négligés pour autant. La nostalgie, comme souvent, s’applique à une période qui n’existe pas, ou qui est à tout le moins fantasmée. On en retrouve une forme sur la plage titulaire, qu’il revendique comme appartenant au présent, dénuée de la douce caresse du souvenir ému. Il y a de toute façon peu d’échos à l’actualité ou même de la vie actuelle et quand il y a des incrustations sonores, elles sont tirées de l’INA, pas de Périscope (Etes-Vous Heureux). On ne peut pas non plus dire que faire intervenir Jane Birkin (sur Dans Le Décor) soit d’une confondante modernité.

Pourtant, pas de passéisme, sa forme douce et sa force d’évocation permet de traiter de bien des sujets, de ces vies par procuration (Cristina), d’un éloge de la discrétion (Danser Sur La Table). Mais aussi d’aborder des sujets potentiellement lourds comme le deuil (La Dernière Fois Que Je T’ai Vu) ou la différence sexuelle (Le Garçon). Si le résultat global est moins plombant que Les Amants Parallèles, si le faussement guilleret Je Ne Veux Pas Mourir Ce Soir ne vrille pas l’âme, l’énumération finale de ce Le Garçon, cette vie qui s’écoule peut prendre à la gorge.

Peu de gens semblent aussi peu dans le présent que Vincent, sauf à considérer que ce présent est composite et est la somme des perceptions des gens qui le vivent. A l’instar de James Ellroy qui ne se concentrera jamais que sur une période bien précise de l’histoire américaine, Vincent Delerm revit à l’infini une zone du passé fantasmée, mélange de souvenirs propres et d’évocations qu’il n’a pas pu connaitre. Mais il semble avoir trouvé un point d’équilibre entre des textes réussis et un enrobage musical plus personnel.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Vincent Delerm - A Présent 24 novembre 2016 09:26, par Laurent

    Un chanteur proustien, en somme. Selon qu’on apprécie ou pas l’effort (tellement intense qu’il finit par apparaître évident), on trouvera ça sublime ou relou. Je suis plutôt dans la première catégorie.

    repondre message

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)