Accueil > Musique > 2017 > Fink - Resurgam

Fink - Resurgam

mercredi 4 octobre 2017, par Marc


Bien franchement, on n’attendait pas un album aussi vite de la part de Fink, ce qui se présentait comme un projet parallèle et paru plus tôt dans l’année étant tout de même bien proche de ce qu’il fait habituellement. Mais on est contents de le voir se remettre au boulot aussi vite.

Si on avait senti sur les deux derniers albums une volonté de clarté, un apport d’électricité plus franc qui faisait mouche, il ne semble pas poursuivre cette piste dans l’immédiat. Ce qui ne change pas, c’est son style global toujours identifiable malgré les variations sensibles qu’on constate d’un album à l’autre.

On ne parle de folk dans son cas que comme une des nombreuses composantes. Il n’en prend que la limpidité d’écriture sur certains morceaux. Ce qui nous vaut de belles choses comme Not Everything Was Better In The Past. Il arrive aussi dans ces moments-là à imposer sa personnalité. On n’est pas du tout dans la chanson de feu de camp, notamment parce qu’il s’appuie sur un son percussif et une intensité d’interprétation hors de portée du premier scout venu.

Au niveau musical, si on sait qu’il peut se débrouiller seul avec une guitare classique sans tomber dans aucun cliché, il arrive à imposer une richesse qu’il faut déballer couche par couche si vous aimez ça, ou apprécier en bloc dans la majorité des cas. The Determined Cut l’illustre fort bien avec sa pulsation, sa progression moins brusque mais manifeste.

C’est un album qui commence sur un mode presque mineur, La pulsation de Day 22 n’étant pas renversante non plus avant que la fin du morceau prenne une puissance électrique plus lancinante et répétitive que les envolées sur Perfect Darkness. On retrouvera un peu plus de nerf sur There’s Just Something About You. Godhead joue plus sur la répétition, ce qui est un peu moins gratifiant, même si toujours impeccable dans l’intention et l’exécution. Il y a en effet de l’intensité sur l’éthéré Covering Your Tracks.

On sort donc des qualités indéniables pour masquer le fait qu’on a un peu moins vibré. Sans revenir en arrière, Fink ne poursuit donc pas la voie qu’on aurait pu extrapoler. Il faut donc se réhabituer à plus de subtilité, donc moins d’immédiateté. Ce n’est pas grave dans l’absolu mais il faut savoir que si la gratification est toujours bien là, elle pourra peut-être prendre plus de temps et on ne peut s’empêcher de trouver cet album relativement plus terne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)