Accueil > Musique > 2017 > Stars - There Is No Love In Fluorescent Light

Stars - There Is No Love In Fluorescent Light

lundi 27 novembre 2017, par Marc


Voilà encore une formation qui nous est chère, une valeur refuge pour trouver un cocon. Cocon qui dans leur cas est aussi musical. On vous avait déjà parlé du confort qu’ils inspirent et ils n’ont pas dévié de cette ligne sur leur huitième album.

Ils sortent d’emblée de leur coquille sur Privilege entamé dans la délicatesse et livrent déjà le meilleur morceau de l’album. Parce qu’ils peuvent aussi flirter avec la ligne rouge (la mienne est franchie avec Real Thing), être lisse malgré leur engagement (Alone) et rester à deux doigts du mainstream (Losing To You). Ce qui n’empêche pas la langueur, bien au contraire, voire quelques poussées de fièvre bienvenues, ils ne sont jamais aussi fort que quand ils poussent.

Les deux voix sont toujours aussi assurées et douces à la fois, celle de Torquil Campbell est toujours aussi proche, étonnamment intime et familière même quand il s’acharne sur The Maze. Comme toujours, ça passe sur la force et la conviction (Fluorescent Light).

Stars garde donc une place à part, parce que même s’ils ont émergé à la même époque avec la même provenance, ils n’ont jamais eu le ‘grain’ indie d’un Arcade Fire ou Wolf Parade. Leur truc, c’est plutôt l’émotion évoquée par les deux voix pourtant pas spectaculaires mais évocatrices, les phrases répétées comme des mantras et une promesse de douceur ouateuse toujours tenue.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)