Accueil > Critiques > 2018

Barbara Carlotti - Magnétique

mercredi 2 mai 2018, par marc


Après un très convaincant L’Amour, l’Argent, le Vent, Barbara Carlotti a eu envie d’autre chose, de participer à des spectacles avant de revenir avec un album articulé autour du rêve. Première constatation, on ne pourra pas dire qu’elle s’est perdue en route, que son talent s’est érodé par l’éclectisme.

Sa voix est belle, certes, impeccable même mais c’est surtout en tant que musicienne qu’elle impressionne. Elle dirige la manœuvre, clairement, et impose un style et une orientation claire à ce Magnétique. Ce qui permet à l’ampleur de se déployer sur Le Mensonge, un des grands morceaux de cet album et fait monter de deux crans la fin de Tout Ce Que Tu Touches qui est bien moins percutant dans ses parties chantées notamment par le toujours sympathique Bertrand Burgalat. Mon petit préféré dans le genre reste sans doute Plaisir ou Agonie qui s’étend avec raison.

On note un virage assez seventies (comme nombre de ses compatriotes tels Benjamin Biolay, Jeanne Cherhal, Arnaud Florent-Didier, Vincent Delerm…) mais sans trop d’hommage direct et appuyé. Le résultat peut être très léger et ne recule pas devant le sax sur Phénomène Composite. Ni devant le sexe d’ailleurs puisqu’elle invite Viens dans ma chambre que je t’explique/Toutes les femmes sont hermaphrodites. Certains morceaux sont enlevés et légers, ce qui paradoxalement met plus de temps pour percoler. Radio Mentale Sentimentale grandit ainsi avec les écoutes. Tout le monde trace sa ligne rouge en la matière qui est passée pour moi sur La Beauté Du Geste, considération purement subjective je l’admets.

Tout comme j’ai pu la suivre très facilement sur la très belle plage titulaire finale. La musique qui sous-tend ses considérations sur les pensées est en tous cas très prenante. C’est un album qui plait dans l’ensemble, et est suffisamment riche pour que des détails plaisent écoute après écoute. On citera en vrac les cuivres sur la fin de Voir Les Etoiles Tomber, la fantaisie de Paradise Beach qui a pu rappeler le délire spatial de Florent Marchet, le thème du rêve permettant.

Sans morceau très immédiat, cet album riche confirme Barbara Carlotti comme une artiste française complète qui raffine à chaque album son univers un peu plus, à un tel point que sa très belle voix maîtrisée n’est qu’un argument parmi d’autres, la solidité musicale assurant la cohérence de l’album.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)