Accueil > Musique > 2018 > Barbara Carlotti - Magnétique

Barbara Carlotti - Magnétique

mercredi 2 mai 2018, par Marc


Après un très convaincant L’Amour, l’Argent, le Vent, Barbara Carlotti a eu envie d’autre chose, de participer à des spectacles avant de revenir avec un album articulé autour du rêve. Première constatation, on ne pourra pas dire qu’elle s’est perdue en route, que son talent s’est érodé par l’éclectisme.

Sa voix est belle, certes, impeccable même mais c’est surtout en tant que musicienne qu’elle impressionne. Elle dirige la manœuvre, clairement, et impose un style et une orientation claire à ce Magnétique. Ce qui permet à l’ampleur de se déployer sur Le Mensonge, un des grands morceaux de cet album et fait monter de deux crans la fin de Tout Ce Que Tu Touches qui est bien moins percutant dans ses parties chantées notamment par le toujours sympathique Bertrand Burgalat. Mon petit préféré dans le genre reste sans doute Plaisir ou Agonie qui s’étend avec raison.

On note un virage assez seventies (comme nombre de ses compatriotes tels Benjamin Biolay, Jeanne Cherhal, Arnaud Florent-Didier, Vincent Delerm…) mais sans trop d’hommage direct et appuyé. Le résultat peut être très léger et ne recule pas devant le sax sur Phénomène Composite. Ni devant le sexe d’ailleurs puisqu’elle invite Viens dans ma chambre que je t’explique/Toutes les femmes sont hermaphrodites. Certains morceaux sont enlevés et légers, ce qui paradoxalement met plus de temps pour percoler. Radio Mentale Sentimentale grandit ainsi avec les écoutes. Tout le monde trace sa ligne rouge en la matière qui est passée pour moi sur La Beauté Du Geste, considération purement subjective je l’admets.

Tout comme j’ai pu la suivre très facilement sur la très belle plage titulaire finale. La musique qui sous-tend ses considérations sur les pensées est en tous cas très prenante. C’est un album qui plait dans l’ensemble, et est suffisamment riche pour que des détails plaisent écoute après écoute. On citera en vrac les cuivres sur la fin de Voir Les Etoiles Tomber, la fantaisie de Paradise Beach qui a pu rappeler le délire spatial de Florent Marchet, le thème du rêve permettant.

Sans morceau très immédiat, cet album riche confirme Barbara Carlotti comme une artiste française complète qui raffine à chaque album son univers un peu plus, à un tel point que sa très belle voix maîtrisée n’est qu’un argument parmi d’autres, la solidité musicale assurant la cohérence de l’album.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)