Accueil > Musique > 2018 > Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

jeudi 31 mai 2018, par Marc


Oui, on vous avait déjà parlé d’Olivier Savaresse, de son univers musicalement riche et de ses mots déroutants. On est donc bien content de le retrouver en gardant intact le plaisir de la surprise. Parce que s’il y a des traits communs avec son exercice précédent, ils semblent s’incarner dans un amour assez fort de la tangente.

A chaque fois qu’on pense avoir compris, on tourne à droite ou à gauche avec une belle santé. Le thème assumé est donc selon ses propres termes le courage des innocents, c’est à dire du courage des victimes innocentes d’actes violents perpétrés par des gens qui veulent imposer par la force leur vision du monde. Cette intention se traduit d’abord dans un récit de voyage, distillé dans un style au vocabulaire fort riche et occasionnellement abscons, comme une narration du XIXème siècle d’un explorateur tombant amoureux d’une beauté exotique dont la tribu est soumise à des tribulations. Et puis quand on pensait avoir affaire à un album concept, il s’en échappe et se lance dans de bien marrantes (et débitées avec un sérieux de pape un peu narquois) considérations scientifiques sur des sujets aussi variés que la théorie des ensembles ou le concept de voix.

C’est pertinent sous deux aspects. Tout d’abord pour apporter de la variété. Ensuite pour couper court à une comparaison parfois inévitable avec Serge Gainsbourg. Par exemple, la mélodie de La Langue fera immanquablement penser à Marylou Sous La Neige et les grands albums orientés autour d’un thème (L’Homme à Tête de Chou) sont des références assez claires.

Musicalement, on reprend contact avec son groove dès le second morceau et ce sont de bien agréables retrouvailles, il se mêle toujours fort bien à son récit. La Voix propose aussi une bien belle accélération (et quelques extraits de radio) et on notera les guitares acides de L’Infini ou la très belle mélodie d’Un Jour Prochain.

On le voit, s’il existe occasionnellement des rapprochements assez évidents, la patte d’Olivier Savaresse reste bien personnelle et trouve le bon ton entre la distance et la virtuosité des notes et des mots.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)