Accueil > Musique > 2018 > Mogwai - Kin

Mogwai - Kin

jeudi 13 septembre 2018, par Marc


Post-rock et musique de film. L’association semble tellement frappée du sceau de l’évidence qu’on s’étonnerait presque de voir des sorties d’albums du genre sans support visuel. De plus, comme ces escapades restent dans la continuité de leur style, l’exercice de la musique de film n’est qu’un contexte et c’est bien le nouvel album de Mogwai qu’on écoute ici.

Leur style s’adapte donc au sujet, l’exemple le plus frappant étant la musique de la série française Les Revenants. D’une manière générale c’est plus évocateur et plus linéaire que ce qu’on entend sur leurs albums studio. Ils privilégient souvent le clavier pour ces occasions, c’est une particularité qui les distingue des albums.

La formation écossaise est un rare exemple d’un groupe dont on voir se diversifier la palette sonore, dont on a l’impression qu’ils sont en constant apprentissage. Certes, le résultat peut apparaitre comme un peu lisse parfois mais avec leur rythme de parution régulier, on suit leur évolution au plus près.

Les structures du son sur Flee sont assez bluffantes et denses. Ça monte sans jamais devoir enfoncer brutalement les pédales de disto en série. Cela dit, il reste quelques poussées bien senties (Donuts) qui font leur petit effet, la giclée d’euphorie lente que viennent chercher les accros du genre. Ils n’ont en effet pas vraiment besoin d’augmenter le tempo (Guns Down) et ils s’éloignent depuis longtemps des ruptures de rythme ou du loud-quiet-loud qu’ils ont poussé assez loin à leurs débuts il y a 20 ans.

Parfois aussi, on se dit que ça manque un peu d’enjeu même si la tension reste là (Kin) et on sent ici un peu plus leurs inclinations plus romantiques (toutes proportions gardées bien entendu) que, disons, 65 Days of Static, autre formation du genre très à l’aise avec l’illustration sonore.

Comme dans les bonnes histoires, on termine en chanson. Ça ressemble donc à du shoegaze, à de la dream-pop mais avec un son inaccessible aux autres formations du genre, de quoi stopper la carrière de tous les Moby de la planète. Ça s’appelle We’re Not Done et c’est assez idoine.

Comme souvent quand un groupe de post-rock se frotte à l’exercice particulier mais pertinent de la musique de film, on peut se passer de l’image pour parler du nouvel album. Celui-ci se place très logiquement dans la continuité des autres. S’il a une coloration particulière due à l’exercice, il confirme le statut rare d’une formation qui est dans un genre de niche mais a une évolution indéniable et une maîtrise de son sujet qui en font tout simplement une des formations rock les plus importantes de notre époque.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)