Accueil > Musique > 2018 > Motorama - Many Nights

Motorama - Many Nights

mercredi 28 novembre 2018, par Marc


Musique du monde. C’est un genre en soi, voulant rendre accessible les particularités régionales, si possibles exotiques. La voie ici est inverse, on tente de voir comment la sensibilité d’un artiste provenant forcément de quelque part donne une touche particulière à un genre pratique dans le monde entier. Avec Motoramaet sans doute plus encore Utro, c’est une sensibilité différente qui habite ce post-punk de haute volée.

Certaines étiquettes peuvent être amusantes. Celle qui a été choisie par Motorama est Gothic Balearic Wave. Une fois le sourire passé, il faut dire que cette apparente contradiction a son lot de pertinence. Les guitares sont certes froides mais restent un rien nerveuses (Homewards), on est plus proche de groupes comme Memory Tapes que du post-punk orthodoxe. Le son reste cependant plus franc du collier, moins ‘flou’, pas toujours loin de la pop à guitares.

Parce que cette mélancolie enjouée (No More Time) se base sur les mêmes principes. Cette guitare donc assure souvent l’avant-plan, moins la basse comme chez Utro. Et quand on retrouve une quatre-cordes bien présente, c’est souvent en conjonction avec un synthé simple (This night).

Le groupe de Rostov-sur-le-Don revendique une influence de la scène new-wave de l’ère soviétique, ce qui est un peu compliqué à vérifier pour nous mais on les croit sur parole. Ce qu’on constate c’est qu’ils privilégient les mélodies simples qui fonctionnent et qu’on aime aussi quand ils se font plus lents en lancinants (He Will Disappear).

Ce genre de court album (dix titres pour 31 minutes) pourra attendre son moment. Mais ce moment pourra arriver bien vite et frapper juste et fort. Sans doute qu’il comblait une envie du moment, mais il est arrivé à point pour moi. Étrange et insaisissable formation russe, Motorama arrive à ajouter un peu de soleil triste dans son post-punk sincère. L’alternance de ses albums avec ceux d’Utro offre en tous cas un équilibre très poussé. Il est donc indispensable ou à tout le moins fortement conseillé d’appréhender tout le spectre de ces Russes en se plongeant dans ces deux discographies complémentaires.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)