Accueil > Musique > 2019 > Cross Record - Cross Record

Cross Record - Cross Record

mardi 3 septembre 2019, par Marc


On avait découvert Cross Record (Emily Cross et Dan Duszynsi) en première partie de Shearwater. Le courant était si bien passé entre eux que le duo a formé Loma avec Jonathan Meiburg. Mais la vraie vie est passée par là et c’est en solo qu’Emily aborde ce nouvel album de Cross Record en attendant la suite de l’excellent premier album de Loma dont elle est aussi la chanteuse.

On constate d’emblée que l’ambiance a un peu changé, dégageant plus d’intimité dès What Is Your Wish, qui est une porte d’entrée sans concession. Licorice marque le vrai début de l’album, avec un son cotonneux qui enveloppe sa voix qui nous accompagne mine de rien depuis plusieurs années. Elle s’accompagne parfois d’une belle densité d’électronique (Y/o Dragon) et ce sont les percussions qui charpentent The Fly. Et puis ce sont de vrais beats sur Hollow Garden qui apportent un beau contrepoint à la relative répétition et supportent ce qui ressemble à une montée. On apprécie aussi la richesse de la fin de An Angel, a Dove.

C’est un album qu’il faut aller chercher, qui n’augmentera jamais le tempo, rendant l’écoute un peu exigeante. Mais gratifiante aussi. On songe à une version moins désolée des tellement uniques premiers albums de Susanna. I Release You (dont on devine l’origine) est empreint de cette grâce hiératique. Face Smashed, Drooling arrive aussi à susciter de l’émotion dans ce recueillement. Quand la mélodie est plus lumineuse et ample, on navigue dans les eaux de Bat For Lashes (PYSOL My Castle, The Fly).

Voici un album de la catégorie de ceux qui grandissent au fil des écoutes. Moins spectaculaire que ce qu’on a pu entendre chez Cross Record en tant que duo ou chez Loma, il n’en recèle pas moins de discrètes pépites. A conseiller sans réserve donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)