Accueil > Musique > 2019 > !!! - Wallop

 !!! - Wallop

lundi 16 septembre 2019, par Marc


En voilà qu’on suit depuis longtemps. Sept albums relatés en quinze ans, c’est en effet une belle fidélité.
On n’est plus dans les brûlots des débuts, dans les semi-classiques de Myth Takes mais s’ils se sont occasionnellement calmés, on salue leur retour à chaque fois. Et ça attaque d’emblée, la machine à groove n’a pas besoin d’un gros échauffement et sur un mode plus électronique, elle semble revenir résolument vers les années ‘90 (les débuts de la formation new-yorkaise) dans le son et une attitude moins dégagée.

Basse très profonde (Angus Andrew des [Liars-1573] est de la partie), petite guitare funky assez irrésistible, la collaboratrice de longue date Meah Pace en puissante invitée et gros gimmick enveloppant, le duo Off The Grid et In The Grid claque, comme tout le le reste cela dit. Quand ils arrivent à mêler leur légendaire allant et un peu de mélancolie, on fond naturellement pour Slow Motion.

La relative lenteur de Domino marche aussi fort bien avec son gimmick. Le son est bien rond et fort, le chant de Nick Offer qui pousse sans en avoir l’air. Sans doute un prétexte à repartir en tournée pour des prestation qu’on conseille sans réserve, Wallop propose aussi de la house moite (My fault), voire de l’electro-house plus abstraite (UR Paranoid), et des prolongements comme This Is The Dub qui est une petite suite plus furieuse de This Is The Door.

Rarement depuis ses débuts  !!! n’a autant poussé les curseurs vers l’électronique et ce qui pourrait s’apparenter à une plongée nostalgique dans les nineties claque avec une belle actualité. Nos barjots new-yorkais préférés emmenés par cette petite glute de Nick Offer sont de retour avec une belle pêche en tous cas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)