Accueil > Critiques > 2019

Arche - Le A

mercredi 27 novembre 2019, par marc


Le krautrock version pop, ce n’est pas ce qu’on entend le plus chez les groupes français même s’il y a des exceptions comme Im Takt.. C’est pourtant ainsi que débute l’EP d’Arche et forcément, on tend l’oreille. La suite sera plus conforme à ce qu’on a déjà entendu chez nos voisins hexagonaux avec ce genre de faux easy-listening fortement charpenté est une marque de fabrique.

La voix est de tête sur My Only. C’est souvent la façon trouvée par ces groupes pour faire passer un chant peu spectaculaire. Il s’en dégage aussi une sensation d’espace qui est bien agréable a un petit air Foals (Dream Alone) qu’on retrouve dans une remontée en bonne et due forme. C’est d’autant plus appréciable que la formation anglaise semble avoir perdu ce genre d’énergie et d’inventivité.

Sinon, ils ont bien compris que maintenir le tempo est une bonne idée (Back To The Sun) maintient le tempo. Et pour ça ils font confiance à un gros son qui affiche quelques nappes de synthé et une grosse basse. Ainsi équipés, ils osent se faire carrément psychédéliques à l’occasion (Stop Losing)

Avec le temps, on se surprend à apprécier les EP, ces premiers essais denses et enthousiastes qui permettent de poser un style, de lancer plus de pistes qu’il n’est possible d’en suivre. On sait qu’on suivra l’évolution du quatuor lyonnais parce que leur son et leur abattage sont garants de bien bonnes choses.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)