Accueil > Critiques > 2021

Projet Marina - Loin des Dons Célestes

mercredi 13 octobre 2021, par marc


On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.

Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt et expérimental de ces modèles. On croisera donc des guitares curesques (Noli Me Tangere) mais on s’éloigne de ces canons par plusieurs routes, l’album prenant de la personnalité au fur et à mesure de son éclectisme. On aura donc droit à des sons électro plus modernes et guitare gorgée de reverb’ sur La Nuit Européenne ou un emploi bien pertinent de distorsion électronique (Richesse des Nations). Le violon apporte aussi du mystère à Totems, morceau plus éthéré.

Voix qui déclame, avec un accent et un ton parfaits pour le contexte. Elle est plutôt planquée dans le mix, ce qui est une bonne idée pour l’éloigner du spectre plus pop variété de ces années-là. Bref, c’est plus pop indé anglaise qu’Indochine et ça nous convient mieux que bien. Ils pratiquent aussi occasionnellement un phrasé plus rap (Noli Me Tangere) qui confère un air moderne sans jamais ressembler à la fusion nineties de sinistre mémoire. Quand la voix se fait plus haute sur Quand Tout S’Effondre, on pense aussi à l’ami Centredumonde. Le saxophone de Xavier Thibaud (Subutex) venant opportunément rehausser le tout.

Le premier degré est de rigueur, on n’est aucunement dans le pastiche ou l’ironie, et c’est ce qui fonctionne aussi, la poésie vindicative assumée n’étant jamais forcée et frappant juste. On aime aussi leur versant plus sautillant 14h46 ou Le Soleil Sur L’Epiderme. S’il y a une vraie pulsation sur Ventre à Terre, ils gardent la maitrise, comme si la machine devait se plier à la volonté humaine. Et ça claque, indéniablement. On les suit ou pas. Dans notre cas c’est oui, dès la première écoute et lors des nombreuses suivantes. On est donc content qu’ils soient venus garnir notre boite mail, ils sont maintenant dans nos playlist et nos radars.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)