Accueil > Critiques > 2024

Mayuko - Songs To Whistle When Strolling Along The Abyss

vendredi 26 janvier 2024, par marc


La forme est toujours très importante, elle est même au cœur d’une esthétique. Le premier album du trio Mayuko, basé à Mannheim et Berlin et formé de Michelle Cheung, Kasia Kadlubowska et Rebecca Mauch en est une belle illustration. Si les morceaux ont d’indéniables qualités, c’est leur exécution qui force l’admiration.

De sorte que leurs mélodies parfois tortueuses ne sont jamais un frein. On sent même des petites influences de Björk même si la voix n’est pas comparable sur Cholericly Yours. Ce chant reste un peu distancié et c’est finalement heureux parce que l’expressivité est là et pourrait devenir un peu sirupeuse si cette retenue et ce mystère n’étaient pas là. Il y a aussi un peu de retenue sur Force, cette sensation que la fureur est rentrée, ce qui la rend paradoxalement plus patente.

C’est surtout la mise en son qui impressionne. Sur New Moon par exemple qui maintient son mystère. Et c’est dense aussi, avec des percussions souveraines. L’apport de l’électronique aide beaucoup Simmer par exemple quand la syncope de New Moon est assez irrésistible. C’est aussi elle qui permet de soutenir de façon structurée les entrelacs de Mother ou le plus sec Dance With Blue.

Ces chansons à siffloter aux abords des abysses ne ressemblent finalement à rien de bien identifiable. C’est de la pop déviante comme on l’aime, de l’art-rock accrocheur et filandreux. Le plaisir est plutôt intellectuel que sensuel mais avec la bonne dose d’abandon, on tient une des bonnes surprises de ce début d’année.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)