Accueil > Musique > 2006 > Lauren Hoffman : Choreography

Lauren Hoffman : Choreography

vendredi 25 août 2006, par Marc


Une fois encore, c’est à une chanteuse qui m’était inconnue que je me frotte. Et la voix m’a tout de suite séduit. Broken et As the stars sont fort jolis. La production en est soignée sans être exagérément légère. La mélancolie qui en sourd est moins intense que celle d’une Kelly DeMartino par exemple. Plus spleenesque que désespéré donc. On ne retrouvera malheureusement pas au cours de l’album ces beautés du début. Pourquoi d’ailleurs y avoir placé les deux meilleurs morceaux ? C’est bien d’accrocher l’attention de l’auditeur mais c’est dommage quand le reste de l’album ne tient pas ces belles promesses. Certaines ballades sont plus anodines (Ghost you Know), comme un pendant moins élégiaque à des morceaux équivalents des Cardigans. Ces derniers semblent un point de repère acceptable mais gardent un charme particulier que je n’ai que trop peu retrouvé ici.

White sheets est d’un tout autre registre. Léger sans doute mais tout de même bon. On peut en dire autant de Hiding in Plain Sight (dont la voix et les intonations évoquent Suzanne Vega) ou Solipsist. Mais tous ces titres sont gâchés par une vaine recherche du refrain accrocheur systématiquement placé après un pont de vocalises éthérées et qui fait basculer le titre l’espace de quelques instants dans le calibre des facilités pop-rock pour ados à la Kelly Clarckson.

C’est donc dans la lenteur qu’elle s’exprime le mieux (Another song about the darkness, Love gone wrong, Joshua) puisque la voix y prend son ampleur et que les refrains n’y sont pas mauvais.

Un bon album de tous les jours, ne requièrant pas un recueillement particulier pour être apprécié (il vaut souvent mieux ne pas y accorder trop d’attention d’ailleurs) mais comportant quelques morceaux plus intéressants. Le tout est beaucoup trop léger cependant pour ceux qui privilégient l’intensité. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Ben Harper - Give Till It’s Gone

    Lâcher les chiens
    Qu’on doive se pincer ou non pour le croire, Ben Harper frôle les vingt ans de carrière et ceci est son dixième album. Mais comme son titre le laisse croire, l’Américain est prêt à continuer de donner, jusqu’à ce qu’il n’ait plus rien à offrir. C’est là que le bât blesse : pour beaucoup, voilà bien longtemps que sa besace est vide. Sans désamour, on a presque tous considéré tôt ou tard que notre relation avec l’auteur de Burn One Down battait de l’aile. Parce qu’on sait qu’une belle histoire (...)

  • Brandon Flowers - Flamingo

    Killers au carré divisé par Killers = Killers
    Certaines gens crédules, à cause d’un a priori tenace, pensent encore que Pink Floyd veut dire « flamant rose ». On les renverra ici. Non, on sait bien que « flamant » se traduit internationalement par « flamingo », en particulier lorsqu’on leur rend régulièrement visite dans les zoos… flamands. Ainsi, chaque fois que j’emmène la famille au parc animalier de Planckendael, je suis toujours singulièrement interdit en arrivant devant le bassin des « Chilean (...)

  • The Rasmus : Hide from the sun

    Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.
    Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et la guitare et Evanescence pour le côté faussement « corbeau » et les costumes. Pire ça ressemble (...)

  • Eskobar : A thousand last chances

    Si je vous dit Eskobar, vous penserez de suite à ce duo avec Heather Nova. Et à part ça ? et bien pour moi c’est pareil et j’ai donc profité de la sortie du nouvel album pour palier à ça.
    Mais avant de vous donner mon avis, je vais cracher mon venin un bonne fois pour toute afin que le reste ne soit pas biaisé : les maisons de disque se sont probablement toujours foutu de la gueule du public mais c’est dernier temps, ça commence à devenir vraiment trop évident. Ainsi pour acheter une crédibilité à une (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)