Accueil > Critiques > 2006

Lauren Hoffman : Choreography

vendredi 25 août 2006, par marc


Une fois encore, c’est à une chanteuse qui m’était inconnue que je me frotte. Et la voix m’a tout de suite séduit. Broken et As the stars sont fort jolis. La production en est soignée sans être exagérément légère. La mélancolie qui en sourd est moins intense que celle d’une Kelly DeMartino par exemple. Plus spleenesque que désespéré donc. On ne retrouvera malheureusement pas au cours de l’album ces beautés du début. Pourquoi d’ailleurs y avoir placé les deux meilleurs morceaux ? C’est bien d’accrocher l’attention de l’auditeur mais c’est dommage quand le reste de l’album ne tient pas ces belles promesses. Certaines ballades sont plus anodines (Ghost you Know), comme un pendant moins élégiaque à des morceaux équivalents des Cardigans. Ces derniers semblent un point de repère acceptable mais gardent un charme particulier que je n’ai que trop peu retrouvé ici.

White sheets est d’un tout autre registre. Léger sans doute mais tout de même bon. On peut en dire autant de Hiding in Plain Sight (dont la voix et les intonations évoquent Suzanne Vega) ou Solipsist. Mais tous ces titres sont gâchés par une vaine recherche du refrain accrocheur systématiquement placé après un pont de vocalises éthérées et qui fait basculer le titre l’espace de quelques instants dans le calibre des facilités pop-rock pour ados à la Kelly Clarckson.

C’est donc dans la lenteur qu’elle s’exprime le mieux (Another song about the darkness, Love gone wrong, Joshua) puisque la voix y prend son ampleur et que les refrains n’y sont pas mauvais.

Un bon album de tous les jours, ne requièrant pas un recueillement particulier pour être apprécié (il vaut souvent mieux ne pas y accorder trop d’attention d’ailleurs) mais comportant quelques morceaux plus intéressants. Le tout est beaucoup trop léger cependant pour ceux qui privilégient l’intensité. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ben Harper - Give Till It’s Gone

    Lâcher les chiens
    Qu’on doive se pincer ou non pour le croire, Ben Harper frôle les vingt ans de carrière et ceci est son dixième album. Mais comme son titre le laisse croire, l’Américain est prêt à continuer de donner, jusqu’à ce qu’il n’ait plus rien à offrir. C’est là que le bât blesse : pour beaucoup, voilà bien longtemps que sa besace est vide. Sans désamour, on a presque tous considéré tôt ou tard que (...)

  • Brandon Flowers - Flamingo

    Killers au carré divisé par Killers = Killers
    Certaines gens crédules, à cause d’un a priori tenace, pensent encore que Pink Floyd veut dire « flamant rose ». On les renverra ici. Non, on sait bien que « flamant » se traduit internationalement par « flamingo », en particulier lorsqu’on leur rend régulièrement visite dans les zoos… flamands. Ainsi, chaque fois que j’emmène la famille au parc animalier de (...)

  • The Rasmus : Hide from the sun

    Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.
    Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et (...)

  • Eskobar : A thousand last chances

    Si je vous dit Eskobar, vous penserez de suite à ce duo avec Heather Nova. Et à part ça ? et bien pour moi c’est pareil et j’ai donc profité de la sortie du nouvel album pour palier à ça.
    Mais avant de vous donner mon avis, je vais cracher mon venin un bonne fois pour toute afin que le reste ne soit pas biaisé : les maisons de disque se sont probablement toujours foutu de la gueule du public mais (...)

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)