Accueil > Musique > 2006 > Joseph d’Anvers : Les Choses D’en Face

Joseph d’Anvers : Les Choses D’en Face

lundi 28 août 2006, par Marc


CQFD. Ca claque comme un conclusion de démonstration du temps où on en faisait encore. Mais dans le microcosme musical français, c’est aussi Ceux Qu’il Faut Découvrir, compilation annuelle du concours de démos lancé par les Inrockuptibles. Je ne sais pas la part de déterminisme qu’il y a là-dedans, mais les découvertes francophones de cette manifestations me plaisent. Il s’est agi de Florent Marchet hier et de Joseph d’Anvers aujourd’hui. Est-on à ce point conditionnés que ce qui nous est proposé ne puisse que séduire le bon public que je suis ? Toujours est-il qu’une fois encore ils ont tapé dans le mille et le premier album de Joseph d’Anvers est à découvrir.

Tout d’abord, précisons que Joseph d’Anvers n’est pas un néerlandophone se risquant à la langue de Voltaire (ce qui n’est pourtant pas rare) mais que son patronyme évoque la station de métro parisienne la plus proche de son domicile. A ce tarif-là, je me lancerais dans la chanson sous le pseudo de Marc de Mérode, ce qui serait très chic...

Bon, entrons sans plus attendre dans le vif du sujet. Nous sommes dans une chanson française intimiste mais loin d’être dépouillée. De temps à autre, la mélancolie et l’usage de l’harmonica évoque un autreJoseph, Arthur (A contretemps). Le violon et le piano peuvent tenir un morceau comme les jours heureux. Mais c’est dans le prenant Paris S’allume Sous Mes Pas qu’un riff de violon s’avère vraiment indispensable. Il s’agit de la pièce maîtresse de cet album. D’un bout à l’autre, le sens mélodique est certain, ce qui facilite l’accès à cet album.

De quoi parle Joseph ? En gros, on se situe du côté de Miossec, en moins cynique et viscéral. Donc d’amours perdues, de séparation, de déambulations. On peut situer sa sérénité plus proche d’un Florent Marchet par exemple. Mais l’ambiance n’est pas pesante même si c’est la mélancolie qui domine.

La voix volontairement fragile renforce cette impression. Mais elle reste moins maniérée que celles de Mathieu Boogaerts, Bastien Lallement ou autre Da Silva.

Si vous deviez prendre un chanteur français pour éructer "la vie est une putain" sur le morceau du même nom, qui prendriez-vous ? Miossec sans doute. Il a eu la même idée que vous et le résultat est bon avec cette basse rebondissante.

Un peu étouffant par le ton presque uniformément au premier degré, ce qui tranche avec le reste de la chanson française du moment. On a quand même des moments plus guillerets malgré le thème (On reste seuls au monde).

Un premier album prometteur, qui a résisté sans encombre à de nombreuses écoutes. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)