Accueil > Musique > 2006 > Ellen Allien & Apparat : Orchestra Of Bubbles

Ellen Allien & Apparat : Orchestra Of Bubbles

lundi 28 août 2006, par Marc


Ce qu’il y a d’agréable dans la musique électronique, c’est mon manque de connaissance qui me permet de jeter un regard candide et de toucher aux joies simples de la découverte de terres vierges. Le temps passant, cependant, les disques s’accumulent (je ne peux pourrai plus aller à I love techno en short hawaïen) et mes préférences se marquent. L’an passé, l’album de la djette Berlinoise responsable du label bpitch (Thrills) m’avait plu. Donc, je n’ai pas hésité à me procurer ce bain à bulles commis avec un autre Teuton dont les précédents faits d’armes me sont moins familiers.

C’est une musique qui grince, qui frotte, qui vit sa vie organique en fait. Moins froid et mécanique que le précédent Thrills, il est plus sensuel. Marrant de parler comme ça de musique électronique mais je ne vois pas d’alternative.

Cet album progresse du plus facile au plus rude (Under) avec douceur. De telle sorte que vous n’êtes pas obligés d’effectuer le plongeon tout de suite. Seul Leave Me Alone vient interrompre cette virée vers l’abstraction. Les habitués retrouveront vite leurs marques Jet aurait pu se retrouver sur Thrills qui comporte des moments de plus pure techno absents ici (Do Not Break quand même). Plus difficile par la déconstruction des sons qui accompagnent mais c’est ce que je préfère. Certains titres sont plus faciles puisque chantés. Le premier (Way Out) a tout pour se tailler un petit succès alternatif. La voix est celle que poserait une Miss Kittin apaisée. Elle apporte aussi quelques susurrements sur Bubbles.

L’autre "chanson" est Leave Me Alone et est interprété par Apparat. Il apparaît comme un morceau plus groove que le reste. Plus accessible ? Sans aucun doute mais sans faire la moindre concession. C’est en tous cas la remarquable cohérence du tout qui emporte l’adhésion, passant des grooves cotonneux pour lesquels Underworld constitue une référence crédible (Floating Points) à des plages plus désolées (Edison visiblement avant la déflagration électrique) qui font penser aux paysages sonore à la Future Sound Of London en passant par tout ce qui a été évoqué. Même si le tout est plutôt entêtant, il comporte des longueurs. Les idées ont en effet tendance à s’étirer mais c’est une distorsion qui est fort dépendante des conditions d’écoute. Par exemple pour Retina qui apparaît comme un brin longuet peuvent évoquer les flambées de violons synthétiques de Sol Invictus. Metric, qui comporte les mêmes instruments, semble plus abstrait et intrigue par sa rythmique plus complexe.

Un album déambulatoire plutôt qu’une enfilade de perles de dancefloor ou un disque d’ambient. Bon, je prouve encore une fois mon incapacité à parler de musique electro. Mais si j’ai pu vous faire comprendre que j’ai vraiment bien aimé celui-ci, ce serait déjà ça. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)