Accueil > Musique > 2006 > Junior Boys : So This Is Goodbye

Junior Boys : So This Is Goodbye

mercredi 30 août 2006, par Marc


Parfois un album nous enchante ou nous énerve et on écrit beaucoup. Parfois il nous laisse froid et particulièrement sans voix. Je l’ai écouté. En entier. Plusieurs fois. Donc j’en parle parce que c’est nouveau. Il ne faut pas toujours chercher des raisons philosophiques compliquées à la rédaction d’une critique.

Car tout ici peut m’énerver potentiellement, le down-tempo bloub-bloub années ’80, la voix fluette et lassée, le rythme qui ne bouge pas (vous allez éviter la critique track-by-track, tout se ressemble trop), la déprime de la musique de supermarché que seuls des maniaques remarquent.

Les premiers morceaux sont trompeurs. On imagine qu’on va avoir droit à quelques moments plus rapides ou denses mais ce n’est pas le cas. Rendez-nous The Knife.

Une des qualités que j’apprécie dans la musique est l’intensité. Visiblement ce n’est pas le cas de tout le monde. Ce n’est pas de l’imprécation cruelle. C’est juste un constat. Ici, les climats s’installent mais je ne conçois pas de concentrer mon attention. Si vous cherchez juste une musique calme, pas énervante parce que vous ne supportez pas le silence au moment de prendre un bain moussant après une dure journée de labeur.

En musique électronique, j’ai récemment découvert une difficulté à appréhender la lenteur (Roÿksöpp, Kelley Polar, le dernier Matthew Herbert) même si Massive Attack ou Nathan Fake par exemple arrivent à créer des climats variés et prenants. Donc, c’est typiquement un truc qui aurait pu m’ennuyer et à ce titre c’est incontestablement un must. De l’emmerdement chic à souhait. Approuvé par Pitchfork en plus. De là à vous le déconseiller, il y a un pas que je ne franchirai pas vu que c’est plus le style mou qui me pose problème que les qualités sonores intrinsèques. Est peut-être assez efficace en fond sonore en fait. J’essaierai. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)