Accueil > Critiques > 2006

Pierre Lapointe : La Forêt Des Mal-Aimés

samedi 2 décembre 2006, par marc

Le Canada excelle aussi en français


L’écriture de critiques implique souvent le désir de découvertes de territoires nouveaux. En effet, les quantités de musique auxquelles nous sommes exposés amène fatalement la recherche de ce qui se distingue, de se qui pourra nous sortir de notre torpeur. Et tant mieux si ça implique de remettre à jour certaines idées reçues. Depuis une paire d’années, le Canada nous envoie par camions des raisons de se ravir. Le point commun de cette longue liste de réussites était la pratique de l’anglais. Or ce grand pays parle aussi notre langue. On le sait à cause des Tsunamis vocaux qu’on reçoit aussi à intervalles réguliers. C’est donc avec un plaisir non feint mêlé de circonspection qu’on aborde Pierre Lapointe.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai pas adhéré à la seconde à cette Forêt Des Mal-Aimés. Découvert comme tant d’autres grâce à une compilation des Inrockuptibles via la chanson Deux Par Deux Rassemblés (qui fait montre d’un bel abattage, même si le tempo enlevé n’est pas typique du reste), il m’a fallu plusieurs mois avant de me lancer dans une critique. Il faut en tous cas un peu laisser ses préjugés au clou avant de se lancer. Au cours de la première écoute, j’ai pensé plusieurs fois "Ouille" à l’écoute de morceaux comme Le Lion Imberbe ou De Glace. Le lyrisme est en effet parfois un rien déconcertant en cette époque ou le minimalisme est de mise (pensez par exemple aux sociétaires de Tôt Ou Tard) pour la chanson française de moindre diffusion. Je vais maintenant tenter d’expliquer pourquoi je n’ai pas refermé la porte au nez de Pierre Lapointe et pourquoi au final il s’impose comme une de mes révélations de l’année dans cette langue qui s’éloigne de plus en plus de celle de Voltaire.

Une première caractéristique de Pierre Lapointe est le manque total d’inhibitions musicales. C’est ce qui lui permet de placer dans cet album deux morceaux purement instrumentaux (25-1-14-14 et 25-1-14-14.16, qui ramène à Yann Tiersen pour le sens mélodique, en plus ampoulé). A tout moment, même un morceau qui me plaît moins, il y a un rattrapage musical juste derrière. Peut-être que sa nationalité y est pour quelque chose, mais on donne rarement du groove comme sur Qu’en Est-il De La Chance en français.

Les paroles sont parfois un rien absconses (L’Endomètre Rebelle) mais c’est le culot et l’ampleur du final qui emportent l’adhésion, même si on sait qu’on est à deux doigts de la boursouflure d’un ancien générique de Champs-Elysées. De plus, si c’est parfois un peu littéraire, c’est suffisamment respirable pour ne pas sentir la poésie. La musique qui fait oublier les paroles, c’est trop rare comme démarche en chanson française. Même si le mixage met la voix en avant. Les arrangements de corde sont en tous cas très ambitieux. Pour ma part, je regretterai juste le côté un peu trop lisse du son. C’est moins convaincant en ce domaine que son compatriote Owen Palett (Final Fantasy est essentiel, je ne le répéterai jamais assez).

Outre donc une approche bille en tête, la principale qualité de Lapointe est un sens de la mélodie assez soufflant. Même dans les moments les plus ampoulés, il reste un air facilement discernable. La volonté semble simplement de faire une belle chanson. Et il y arrive souvent. Citons par exemple la comptine Nous N’Irons Pas, Tous Les Visages ou Au 27-100 Rue Des Partances. Des chansons simples souvent et à l’air frais.

Vous l’aurez compris entre les lignes, Pierre Lapointe a un peu les défauts de ses qualités. Un peu comme Neil Hannon quand Divine Comedy était à son zénith. Donc le romantisme souvent retenu peut parfois comporter des excès. Mais ça part toujours de l’intention de faire une bonne chanson, quels qu’en soient les moyens. L’album étant assez fourni (16 titres) et il faut savoir skipper de temps en temps pour trouver une haute qualité constante. Je n’ai jamais pu écouter Moi Je T’Aimerai en entier par exemple.

Cet album de Pierre Lapointe ne conviendra peut-être pas à tout le monde. Il s’adresse à ceux qui veulent découvrir les infinies possibilités de la chanson française, à ceux qui veulent un peu de panache, aux gens curieux tout simplement. J’y ai eu en tous cas largement mon compte.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Islands - And That’s Why Dolphins Lost Their Legs

    Peu de groupes ont pu garder une image de sympathie aussi tenace au fil des années. Avec ce neuvième album pour autant de critiques ici, pas de doute, on est en terrain connu. La continuité est aussi assurée par ce line-up inchangé depuis le dernier album et le même Patrick Ford qui assure la production tout comme celle de !!!.
    Ce titre d’album fait une entrée immédiate dans les plus improbables. (...)