Accueil > Musique > 2006 > Pierre Lapointe : La Forêt Des Mal-Aimés

Pierre Lapointe : La Forêt Des Mal-Aimés

samedi 2 décembre 2006, par Marc

Le Canada excelle aussi en français


L’écriture de critiques implique souvent le désir de découvertes de territoires nouveaux. En effet, les quantités de musique auxquelles nous sommes exposés amène fatalement la recherche de ce qui se distingue, de se qui pourra nous sortir de notre torpeur. Et tant mieux si ça implique de remettre à jour certaines idées reçues. Depuis une paire d’années, le Canada nous envoie par camions des raisons de se ravir. Le point commun de cette longue liste de réussites était la pratique de l’anglais. Or ce grand pays parle aussi notre langue. On le sait à cause des Tsunamis vocaux qu’on reçoit aussi à intervalles réguliers. C’est donc avec un plaisir non feint mêlé de circonspection qu’on aborde Pierre Lapointe.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai pas adhéré à la seconde à cette Forêt Des Mal-Aimés. Découvert comme tant d’autres grâce à une compilation des Inrockuptibles via la chanson Deux Par Deux Rassemblés (qui fait montre d’un bel abattage, même si le tempo enlevé n’est pas typique du reste), il m’a fallu plusieurs mois avant de me lancer dans une critique. Il faut en tous cas un peu laisser ses préjugés au clou avant de se lancer. Au cours de la première écoute, j’ai pensé plusieurs fois "Ouille" à l’écoute de morceaux comme Le Lion Imberbe ou De Glace. Le lyrisme est en effet parfois un rien déconcertant en cette époque ou le minimalisme est de mise (pensez par exemple aux sociétaires de Tôt Ou Tard) pour la chanson française de moindre diffusion. Je vais maintenant tenter d’expliquer pourquoi je n’ai pas refermé la porte au nez de Pierre Lapointe et pourquoi au final il s’impose comme une de mes révélations de l’année dans cette langue qui s’éloigne de plus en plus de celle de Voltaire.

Une première caractéristique de Pierre Lapointe est le manque total d’inhibitions musicales. C’est ce qui lui permet de placer dans cet album deux morceaux purement instrumentaux (25-1-14-14 et 25-1-14-14.16, qui ramène à Yann Tiersen pour le sens mélodique, en plus ampoulé). A tout moment, même un morceau qui me plaît moins, il y a un rattrapage musical juste derrière. Peut-être que sa nationalité y est pour quelque chose, mais on donne rarement du groove comme sur Qu’en Est-il De La Chance en français.

Les paroles sont parfois un rien absconses (L’Endomètre Rebelle) mais c’est le culot et l’ampleur du final qui emportent l’adhésion, même si on sait qu’on est à deux doigts de la boursouflure d’un ancien générique de Champs-Elysées. De plus, si c’est parfois un peu littéraire, c’est suffisamment respirable pour ne pas sentir la poésie. La musique qui fait oublier les paroles, c’est trop rare comme démarche en chanson française. Même si le mixage met la voix en avant. Les arrangements de corde sont en tous cas très ambitieux. Pour ma part, je regretterai juste le côté un peu trop lisse du son. C’est moins convaincant en ce domaine que son compatriote Owen Palett (Final Fantasy est essentiel, je ne le répéterai jamais assez).

Outre donc une approche bille en tête, la principale qualité de Lapointe est un sens de la mélodie assez soufflant. Même dans les moments les plus ampoulés, il reste un air facilement discernable. La volonté semble simplement de faire une belle chanson. Et il y arrive souvent. Citons par exemple la comptine Nous N’Irons Pas, Tous Les Visages ou Au 27-100 Rue Des Partances. Des chansons simples souvent et à l’air frais.

Vous l’aurez compris entre les lignes, Pierre Lapointe a un peu les défauts de ses qualités. Un peu comme Neil Hannon quand Divine Comedy était à son zénith. Donc le romantisme souvent retenu peut parfois comporter des excès. Mais ça part toujours de l’intention de faire une bonne chanson, quels qu’en soient les moyens. L’album étant assez fourni (16 titres) et il faut savoir skipper de temps en temps pour trouver une haute qualité constante. Je n’ai jamais pu écouter Moi Je T’Aimerai en entier par exemple.

Cet album de Pierre Lapointe ne conviendra peut-être pas à tout le monde. Il s’adresse à ceux qui veulent découvrir les infinies possibilités de la chanson française, à ceux qui veulent un peu de panache, aux gens curieux tout simplement. J’y ai eu en tous cas largement mon compte.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)