Accueil > Musique > 2007 > Vive La Fête - Jour De Chance

Vive La Fête - Jour De Chance

mercredi 13 juin 2007, par Marc

Retour de forme


C’est dingue de penser que c’est la quatrième fois que je critique un de leurs albums. Parfois je me dis que l’énergie dépensée à écouter puis commenter Vive La Fête pourrait être employée plus judicieusement. Et puis c’est quand même un des aspects fondamentaux de ce hobby, non ?

Couple hétéro mais au large public LGBT, Vive La Fête a su jouer de sa sensualité pour ne pas disparaître d’un paysage electro léger qui brûle ses idoles à une vitesse grand V. Danny Mommens (rappelons quand même qu’il a fait partie de dEUS) et Els Pinoo n’ont en effet jamais manqué de piquant et cette pochette évocatrice est pour moi assez réussie. Plus en tout cas que le fantasme camionesque du précédent Grand Prix. Heureusement la musique suit la même tendance.

Personne n’a jamais aimé ce groupe pour son strict intérêt musical. C’est de la musique hédoniste qui se déprécie à l’analyse. Ils s’appuient de toute façon depuis un temps sur une formule guitare-basse-batterie assez classique. Sauf que le tout est volontairement artificiel. Quand ils s’écartent de cette voie, c’est pour, selon eux, rendre hommage à Gainsbourg avec l’instrumentation presque entièrement en violon à touches de La Route. Mais on trouvera des traces du premier album de Depeche Mode, celui composé par Vince Clarke (Je Suis Fâchée). D’une manière générale, ils n’ont peur de rien. Même pas de l’électro-pop simpliste en allemand (Quatsch).

S’il se dégage d’un bout à l’autre un côté rentre-dedans dans le sens punk électronique du terme, c’est quand même un peu répétitif. Mais qui va souvent s’enfiler le tout d’une traite ? Faut-il à tout prix remplir un album ? Visiblement, c’est une obligation pour exister médiatiquement. Pour les groupes plaisants mais pas spécialement variés, c’est une contrainte qui ne les sert pas.

Encore une fois, l’énergie de la musique s’appuie sur un français, disons... déroutant. Ce qui amène comme parfois son lot de bonnes surprises (Les rochers se morfondent/Ce sont les vainqueurs) ou de coups de gueule basiques (Télévision/C’est vraiment con/Les gros connards/Ce sont des stars). Toi aussi apprends le français grâce à la méthode Vive La Fête (Une Par Une) semble être un de leurs slogans. Avec parfois très peu d’intelligible (Stupid Femme qui est heu... comme son titre l’indique) et au demeurant peu de mémorable. Ce n’est jamais de la métaphysique de haut vol mais finalement ils n’ont pas à rougir sur le strict point de vue sémantique et de la forme.

On retrouve cependant moins de crétineries absolues que sur le précédent. Ils ont touché le fond et en sont revenus. A part quelques exemples mentionnés, rien ne les fera rentrer dans la pléiade mais rien n’est suffisamment stupide pour gâcher le plaisir tout simple de ce riot grrrrls synthétique.

La crédibilité kitsch les fait reprendre Polnareff. Il faudra que les gens sachent qu’on n’en a absolument rien à faire de ce porte-moumoute pathétique depuis 40 ans. Cette version-ci de Love Me n’est même pas rigolote, ce qui est un comble. Il faut attendre dix minutes de blanc pour trouver une version plus acceptable, certes, mais tout aussi dispensable.

Allez, Vive La Fête n’a toujours rien apporté à la musique festive belge mais leur dernière livraison livre le quota demandé de petites pastilles énergétiques coquines. Moins primaire dans ses évocations que son prédécesseur, il applique avec efficacité et un peu de répétition ses recettes éprouvées.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

    Le hasard est étrange et il fait coïncider la guerre en Ukraine et une menace nucléaire brandie et cet album antimilitariste du Bruxellois installé à Londres Diego Philips. Très ému par une visite du musée de la paix d’Hiroshima, il écrit cet EP qui relate l’histoire d’un jeune garçon appelé Yuki, qui voit sa vie être complètement bouleversée par les bombardements.
    On retrouve le côté folk-pop toujours plaisant de Diego. Le bon côté c’est que ce n’est absolument pas plombant malgré le propos mais une oreille (...)