Accueil > Musique > 2007 > Vive La Fête - Jour De Chance

Vive La Fête - Jour De Chance

mercredi 13 juin 2007, par Marc

Retour de forme


C’est dingue de penser que c’est la quatrième fois que je critique un de leurs albums. Parfois je me dis que l’énergie dépensée à écouter puis commenter Vive La Fête pourrait être employée plus judicieusement. Et puis c’est quand même un des aspects fondamentaux de ce hobby, non ?

Couple hétéro mais au large public LGBT, Vive La Fête a su jouer de sa sensualité pour ne pas disparaître d’un paysage electro léger qui brûle ses idoles à une vitesse grand V. Danny Mommens (rappelons quand même qu’il a fait partie de dEUS) et Els Pinoo n’ont en effet jamais manqué de piquant et cette pochette évocatrice est pour moi assez réussie. Plus en tout cas que le fantasme camionesque du précédent Grand Prix. Heureusement la musique suit la même tendance.

Personne n’a jamais aimé ce groupe pour son strict intérêt musical. C’est de la musique hédoniste qui se déprécie à l’analyse. Ils s’appuient de toute façon depuis un temps sur une formule guitare-basse-batterie assez classique. Sauf que le tout est volontairement artificiel. Quand ils s’écartent de cette voie, c’est pour, selon eux, rendre hommage à Gainsbourg avec l’instrumentation presque entièrement en violon à touches de La Route. Mais on trouvera des traces du premier album de Depeche Mode, celui composé par Vince Clarke (Je Suis Fâchée). D’une manière générale, ils n’ont peur de rien. Même pas de l’électro-pop simpliste en allemand (Quatsch).

S’il se dégage d’un bout à l’autre un côté rentre-dedans dans le sens punk électronique du terme, c’est quand même un peu répétitif. Mais qui va souvent s’enfiler le tout d’une traite ? Faut-il à tout prix remplir un album ? Visiblement, c’est une obligation pour exister médiatiquement. Pour les groupes plaisants mais pas spécialement variés, c’est une contrainte qui ne les sert pas.

Encore une fois, l’énergie de la musique s’appuie sur un français, disons... déroutant. Ce qui amène comme parfois son lot de bonnes surprises (Les rochers se morfondent/Ce sont les vainqueurs) ou de coups de gueule basiques (Télévision/C’est vraiment con/Les gros connards/Ce sont des stars). Toi aussi apprends le français grâce à la méthode Vive La Fête (Une Par Une) semble être un de leurs slogans. Avec parfois très peu d’intelligible (Stupid Femme qui est heu... comme son titre l’indique) et au demeurant peu de mémorable. Ce n’est jamais de la métaphysique de haut vol mais finalement ils n’ont pas à rougir sur le strict point de vue sémantique et de la forme.

On retrouve cependant moins de crétineries absolues que sur le précédent. Ils ont touché le fond et en sont revenus. A part quelques exemples mentionnés, rien ne les fera rentrer dans la pléiade mais rien n’est suffisamment stupide pour gâcher le plaisir tout simple de ce riot grrrrls synthétique.

La crédibilité kitsch les fait reprendre Polnareff. Il faudra que les gens sachent qu’on n’en a absolument rien à faire de ce porte-moumoute pathétique depuis 40 ans. Cette version-ci de Love Me n’est même pas rigolote, ce qui est un comble. Il faut attendre dix minutes de blanc pour trouver une version plus acceptable, certes, mais tout aussi dispensable.

Allez, Vive La Fête n’a toujours rien apporté à la musique festive belge mais leur dernière livraison livre le quota demandé de petites pastilles énergétiques coquines. Moins primaire dans ses évocations que son prédécesseur, il applique avec efficacité et un peu de répétition ses recettes éprouvées.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)