Accueil > Musique > 2007 > Liars - Liars

Liars - Liars

mercredi 7 novembre 2007, par Fred

Plus abordable que le précédent, mais toujours loin de l’easy listening...


Amusant. J’ai beau chercher, je ne retrouve pas d’article sur le précédent Liars.... j’aurais donc omis de vous en parler.
Bon, je commencerai alors par le début.
Liars est un groupe New-Yorkais. Tout d’abord faisant partie de la scène punk, Iis ont rapidement su développer et renouveller leur son, pour livrer des opus conceptuels où la rythmique, la texture des sons et les formes de vocalise brutes forment le centre de la démarche.

Ainsi tout en poursuivant dans la voie de initiée sur Drum’s not Dead, ce Liars offre pourtant une expérience plus abordable pour tout fan de rock bien senti. Plaster cast of everything offre pour ceux-ci une introduction en douceur, alliant les bases rock aux vocalises d’un Angus Andrew en transe. Sailing to Byzantium qui suit pourrait tenter, du moins quelques temps, de se faire passer pour un morceau écrit par Archive ou Portishead.

Mais il est temps de passer au choses sérieuse car l’album n’en reste pas là : il réalise par la suite quelques détours vers les limites de la dissonance (Leather Prowler, What would they know), les dépassant d’ailleurs par moment (vos oreilles seront les seules limites à vos découvertes !

Etrange mélange de Stooges, de rythmes tribaux et de pop-folk "à la Beck" (par exemple sur le radiocompatible Houseclouds), la palette de sonorités proposée par cet album est on ne peut plus large.

Certaines plages assez ardues de ce disque prennent par contre une tout autre ampleur en concert, comme c’est souvent le cas pour de la musique d’atmosphère.

Captivant, étonnant, envoutant, irritant, les émotions se succèdent à l’écoute de cet album, réservé, certes, à un public averti (vous l’êtes désormais), prêt à une expérience intense dont toutes les étapes ne lui plairont pas forcément, mais qui vaudra largement la peine.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)