Accueil > Musique > 2007 > PJ Harvey - White Chalk

PJ Harvey - White Chalk

mercredi 26 décembre 2007, par Fred, Marc, Paulo

Surpris, captivés et heureux.


PJ Harvey a toujours joué de contrastes, passant de l’ombre et de la lumière : Lumière et prestations mémorables sur scène/ ombre et discrétion dans le privé.

De même pour ces albums, elle a réussi le pari de surprendre le public à chaque sortie, passant des collaborations trip-hop, au rock raide, en faisant un crochet dans les complaintes sombres d’un certain Nick, pour accaparer le devant de la scène avec un album d’ouverture (Stories from the city,...) pour enfin revenir à un discours rude et direct sur le Uh Huh Her.

Ce White Chalk ne déroge pas à la règle : PJ change ici la donne, offrant cette fois un album aux compositions concentrées sur le piano.
Cette album concept renouvelle le type de répertoire de PJ Harvey de manière fort intéressante, et nous apportent une dizaine de chansons, exquises et consistantes dans leur ensemble.

Le résultat est forcément plus intime, plus doux, plus cotonneux que ce nous avions connu d’elle jusqu’à ce jour.

Dans The Devil, Dear Darkness, les tempos sont calmes, on découvre en douceur cette univers agréable.
Les accords sur Grow grow sont légèrement moins "exacts", les ruissèlements d’harpes nous entrainent dans des envolées en trois temps, guidés par la voix de Polly.

La cover épurée avec Polly et certains des titres donnent l’impression de se retrouver au fin fond du far west (banjo sur White Chalk ou Silence), dans la petite maison dans la prairie (La robe de Polly) ou bien encore dans un vieux saloon avec son piano honky-tonk désaccordé (To Talk To You).
Ce type de composition brute avec ces instruments désaccordés est d’ailleurs un autre trait de cet album comme le prouve le bien nommé Broken Harp.

Dans ces atmosphères, la voix semi-étouffée, la douce mélancolie, Silence nous rappelle Lisa Germano, ce qui est une référence en la matière mais dont les univers sont a priori très éloignés.
Et il y a cette intensité qui confère un peu d’intimité à un titre plus léger comme The Piano.

En parlant de piano, on remarque ça et là quelques similitudes avec des chansons de Bat For Lashes dont c’est la discipline première. Cependant l’album de Polly Jean fait preuve de plus d’abnégation vis-à-vis des émotions, se fait plus proche et moins "cold wave".

Pour compléter le pédigré de ce White Chalk, on signalera que la production a été confiée à des compères de longues dates, John Parish et Flood [1].
On y sent une certaine retenue devenue rare dans les productions actuelles, une voix éloignée et fragile qui force l’intimité et renforce les mélodies mélancoliques.

Seul véritable point négatif ; l’album est un peu court (33min). Peut-être est-ce pour vite revenir aux premiers morceaux dont les mélodies donnent un peu de fraicheur à une écoute un peu hypnotisante ?

Au final, on est évidemment content de retrouver Polly et un peu surpris par la différence de la démarche.
Bien sûr, son talent indéniable l’empêche de se planter mais à l’instar de Nebraska de Bruce Springsteen, on imagine qu’il s’agit plus d’une pause que d’une nouvelle orientation. C’est que les chanteuses dont ce genre d’intimité est le fonds de commerce sont légion.
En outre elle avait déjà commis un retrait similaire par rapport à ses productions plus habituelles avec Is This Desire ? en 1998, en s’éloignant des guitares pour fournir des pièces plus ambiancées autour de basses, claviers et électroniques diverses.

En résumé, une fort bonne surprise pour une PJ Harvey dont on attendait finalement pas mieux, et qui arrive une fois de plus à nous prendre à la dérobée. Apparu en toute discrétion dans le courant du deuxième semestre, il pourrait bien dépasser d’autres albums sur la ligne d’arrivée dans la course aux meilleurs albums 2007.

Article Ecrit par Fred, Marc, Paulo

Notes

[1aka Mark Ellis, il a produit entre autres pour Depeche Mode - Violator -, Smashing Pumpkins - Mellon Collie...-, PJ Harvey - To Bring You My Love -, U2 - Zooropa -. Voilà un court extrait des albums à son actif.

Répondre à cet article

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)