Accueil > Musique > 2008 > DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling

DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling

mardi 18 mars 2008, par Marc

Toi aussi apprends la géographie avec DeVotchKa


Il semblait écrit que je devais découvrir DeVotchKa un de ces jours. La proximité de ce groupe avec beaucoup de mes références rendait la rencontre presque inévitable. Il a quand même fallu attendre cette actualité pour mettre du son sur le nom du groupe de Denver.

Joyeux et décomplexé, c’est comme cela qu’on voit le monde de Devotchka dès Basso Profundo. Si ce n’est pas à vraiment parler de la musique du monde, les emprunts débordent largement du cadre américain. Ils ont en effet convoqué les fanfares de l’est comme Beirut (Comrade Z), des accents mariachis comme Calexico, des accents hispanisants qui évoqueront les Négresses Vertes aux francophones (Head Honcho), voire la mélancolie vintage d’un Yann Tiersen (le court Strizzalo). Il est certain que ces deux derniers points de comparaison ne font pas partie de leurs références objectives.

Le chant, qui se situe entre le vibrato de Zach Condon et le maniérisme de Neil Hannon puisque Transliterator ou Along The Way n’auraient pas déparé le Promenade de Divine Comedy, nous fait comprendre en creux à quel point Win Butler dégage du charisme. C’est peut-être ce petit je-ne-sais-quoi qui manque à cet album. C’est en tous cas impeccable dans l’interprétation, même si l’instrumental Comrade Z est proprement incapable de m’enflammer. Mais peut-être que le but n’est pas là. On sent que tout est là pour qu’un Clockwise Witness décolle, mais à l’inverse d’un My Latest Novel,ils ne sont pas là pour allumer les derniers étages de la fusée.

Il y a évidemment des chansons qui fonctionnent mieux que bien. Je suis spécialement sensible à leur élégance classieuse au violon (Undone) mais ma préférence va sans l’ombre d’une hésitation à New World et sa langueur, ses violons finaux, sa mélodie qui me sont chaque fois restés dans l’oreille longtemps après avoir refermé l’album. Pourquoi la placer tout en fin comme beaucoup (Wilco, Girls In Hawai). Le mélange entre un discret clavier plus moderne et des instruments plus traditionnels peut également, le temps de Transliterator, montrer qu’il y a du talent derrière tout ça.

La grande qualité de Devotchka est aussi sa lacune. Sa facilité d’écoute, sa distinction naturelle manque d’un peu d’épice. Il n’en reste pas moins qu’il serait idiot de snober un album agréable de bout en bout. Mais la catégorie regorge de tellement de bonnes choses que leur légèreté pourra en pâtir. Espérons que ce ne sera pas le cas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 18 mars 2008 21:41, par Damien R

    Et si la puissance de DeVotchKa se révélait avant tout en live ? Il n’était que 14h45 quand ils ont mis le feu à la pelouse de Rock-en-Scène, en août 2007..

    repondre message

    • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 18 mars 2008 22:28, par Marc

      C’est vrai que ce doit être la scène le vrai terrain de prédilection d’une musique pareille. Je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de le vérifier.

      repondre message

      • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 19 mars 2008 20:00, par Simbad

        Ben, cela fait plaisir que tu parles d’eux, j’aimais déjà le précédent dont certains morceaux donnent une connotation aérienne à un film comme Little Miss Sunshine et je dois dire que celui-ci avec la même recette en un peu différent me satisfait bien !!! a+

        repondre message

        • DeVotchKa - A Mad & Faithful Telling 14 avril 2008 23:17, par Paulo

          je viens de voir Little Miss Sunshine, j’ai capté le nom du groupe au générique de fin... et pendant le film, ca m’a bien fait penser à Yann Tiersen. c’est sur, c’est le genre de film et de musique à mettre de bonne humeur... et ca donne envie d’écouter ce groupe.

          repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)