Accueil > Musique > 2008 > El Guincho - Alegranza

El Guincho - Alegranza

mardi 12 août 2008, par Marc

Luminothérapie


Sincèrement, je ne me souviens pas avoir parlé du moindre artiste espagnol dans ces colonnes. Voilà, ce vide sidéral est comblé. Evidemment, il est décevant de devoir recourir comme tout le monde à la comparaison qui veut que pour se faire une vague idée, El guincho serait unPanda Bear tropical. Je l’ai lu plein de fois mais c’est pertinent donc je vais faire comme tout le monde. Il est curieux de remarquer que d’ailleurs l’Américain Noah Lennox (Panda Bear) vit principalement dans la péninsule ibérique (au Portugal) et y a enregistré son album. Pablo Díaz-Reixa (la vraie personne derrière le nom) pratique donc le collage, la boucle, la répétition à l’envi, la noyade de voix, comme plusieurs autres de nos jours.

Dans notre trop grande famille de la musique de drogués, El Guincho est le cousin lointain, celui qui vient de loin avec le sourire avec son matos méconnu. C’est qu’au lieu du folk et du gospel, voire des vocalises à tendance Beach Boys, il brasse de la musique tropicale, de la rumba, des chants d’enfants (Buenos Matrimonios ahi afuera). Et si finalement c’était ça la vraie world music, la réinterprétation pas opportuniste (un contre-exemple serait la resucée qu’a faite Moby en son temps de l’américana pour en faire de la bouillie variétoche) du patrimoine musical mondial ? Certes, toutes les musiques ne résisteraient pas à ces tripatouillages (les musiques à texte ou trop violentes) mais qu’est-ce que ça donne dans le cas qui nous occupe ?

Eh bien c’est souvent entêtant. Antillas mêle un riff qui reste imperturbable et la voix noyée apporte la mélodie. C’est très stimulant en tous cas, même si le peu de variation ne tient pas le cap des cinq minutes allègrement franchi ici. Certes, elles semblent faciles les mélopées de Kalise, mais elles frappent juste. Et la liste des réussites n’est pas courte. Il faut du talent pour ne pas lasser ou vriller les oreilles, les deux écueils de toute musique aventureuse. Autant ne pas vous le cacher, l’infernale sarabande m’a presque toujours perdu en chemin, vers Costa Paraiso. Je trouve en effet un peu éreintante cette enfilade d’incantations dansantes. Un coup de soleil du à une exposition prolongée si vous voulez. Mais bon, libre à vous de vous faire votre propre sélection. Le plaisir de l’auditeur doit être seul juge.

Moins abouti que Panda Bear et moins formellement formidable qu’Animal Collective, El Guincho a le mérite d’être seul dans sa niche et de faire sa tambouille de son avec un beau discernement. Vos épaules vont bouger sans faute, et un sourire naitra au coin des lèvres. Partant d’un genre aussi complexe et pointu, des effets secondaires comme ça n’ont pas de prix. Veuillez cependant ne pas dépasser la dose prescrite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • El Guincho - Alegranza 12 août 2008 20:59, par olivier s

    Hé là !! "Le Panda Bear tropical" c’est ma formule ça... Ca m’est venu à l’esprit lors de son incendiaire concert au Primavera Sound. Vraiment dommage qu’il aie annulé sa prestation au Pukkelpop. Snif

    repondre message

    • El Guincho - Alegranza 13 août 2008 09:00, par Marc

      Oui, tu peux fièrement le revendiquer. C’est même suite à ça que je m’étais procuré l’album. Ceci dit, si tu tapes "El Guincho Panda Bear" dans google, la pêche est généreuse. Dommage pour le Pukkel en effet. Mais on aura l’occasion de se consoler je pense. Bon festival !

      repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)