Accueil > Musique > 2009 > Fredo Viola - The Turn

Fredo Viola - The Turn

mercredi 22 avril 2009, par Marc

Fredo 1 – mes nerfs 0


Jusqu’où aller trop loin ? Comment se rendre compte qu’on a dépassé la ligne rouge ? C’est la question qui m’a taraudé tout au long de l’écoute de ce premier album. Qu’est-ce qui m’avait poussé à l’écouter dès lors ? Ce n’est pas très compliqué. La plage titulaire m’avait beaucoup plu, impression qui avait été confirmée par les remixes qui en avaient été faits sur le Red State EP. Certes, l’enthousiasme trop dégoulinant des Inrockuptibles aurait dû servir d’avertissement. Enfin, entrons dans le vif du sujet.

Et l’introduction se fait par le morceau qui plait, ce qui met d’emblée dans d’excellentes conditions que la suite viendra ternir sans vergogne. La descente est cependant amorcée en douceur par un Risa qui a encore de la tenue. Elle sera par contre sérieusement écornée par Friendship Is… qui tente le clash de sons electro divers et variés sur des harmonies vocales. On perçoit alors ce que le procédé a d’artificiel et que les qualités intrinsèques des morceaux ne sauveront rien. Le plus désolant, c’est que le garçon semble croire fermement au charme de ses vocalises nunuches et les applique à tout va, selon l’axiome que tout peut réussir avec une base aussi formidable. Les harmonies vocales sont de retour depuis un long moment maintenant. Mais là où des Fleet Foxes et autres se cantonnent à de jolis atours pour créer une véritable émotion, ces collages-ci tombent à l’eau avec une régularité consternante.

Mais le procédé n’est pas systématique, les arrangements sont parfois légers et acoustiques (Puss) mais ça ne m’a pas bouleversé non plus. Ca ressemble parfois à du Sparks quand il s’attarde sur une mélodie (The Original Man), mais là aussi ça tourne court. Mais quand il y a la mélodie (plage titulaire évidemment), c’est même potentiellement bien. D’une manière générale, plus c’est minimal mieux ça fonctionne (The Sad Song). On pourrait penser que ce sont les voix qui gâchent le tout, mais leur absence ne change rien au résultat, que du contraire (Ocean’s Razor).

Est-ce ma capacité d’émerveillement qui est déficiente ? C’est envisageable. Mais Ether, son manque de cohérence mélodique, ses intrusions de percussions gadget, son piano épars, m’a chaque fois énervé. Ce n’est pas que je recherche la structure et l’harmonie à tout prix, mais quand on impose à l’auditeur une vision déconstruite, il faut une ambiance à défendre, pas un ramassis de demi-idées.

Un album, c’est avant tout une idée. Ici, on peut dire clairement qu’elle n’est pas bonne. C’est que le principe qui sous-tend The Turn n’est pas suffisant pour passionner. Dans la vague d’harmonies vocales diverses et variées, ceci est sans doute ce qu’il m’est arrivé de plus irritant à écouter. Parce que la greffe prend trop peu souvent. On passe donc d’occasionnels moments de grâce (la plage titulaire surtout) à de trop fréquents moments où l’indifférence se mélange à l’irritation pure et simple. Ne venez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Fredo Viola - The Turn 25 avril 2009 12:03, par Laurent

    Je voudrais bien défendre ce disque mais je n’ai pas réellement d’argument. Faut pas pousser, or Fredio Viola est poussif, sans presque jamais parvenir à faire décoller un morceau. Donc une fois de plus Marc a raison. Après une demi-douzaine d’écoutes, j’ai désespéré de me trouver des excuses à l’achat du présent album. Ah si : le superbe DVD qui l’accompagne, car Fredo Viola est vraiment un vidéaste intéressant, surtout pour cette version magnifique et a cappella de Moon After Berceuse assortie d’un clip génial qui m’avait bouleversé il y a pas mal de temps déjà. Las ! Le disque enfin sorti, la chanson est gâchée par une batterie périmée. Il existait une précédente version de l’album, sortie en digital l’an dernier et moins saturée de vains effets de manche. Dommage qu’il ne l’ait pas immédiatement sortie en cd...

    Bon ben, pour se consoler, un truc beaucoup plus léger ici.

    repondre message

    • Fredo Viola - The Turn 27 avril 2009 12:50, par Marc

      Bah, ingurgiter de grandes quantités d’albums induit forcément des déceptions de ce type de temps en temps. Je ne connaissais pas les vidéos dont tu fais mention.

      Par contre, super rafraichissant le Matt & Kim. C’est léger, à suivre plus que certainement. Un très bel antidote en effet.

      repondre message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)