Accueil > Musique > 2009 > Engineers - Three Fact Fader

Engineers - Three Fact Fader

lundi 20 juillet 2009, par Marc

Tais-toi et rêve


J’ai un souvenir plutôt évanescent du premier album des Engineers. A deux notables exceptions près : Come On Down In The Rain et surtout le somptueux How Do You Say Goodbye. Donc j’ai été surpris par la vigueur (d’accord, question d’échelle) de Clean Coloured Wire qui entame l’album qui marque un certain regain de pêche d’une manière générale, même si dans ce revival spécialisé, j’avais plus apprécié les délires sonores d’un Film School.

C’est une complète esthétique dont il est question ici. Le schéma repris ici est un peu le même, à savoir une base de bonne vieille dream-pop des années ’90. Evidemment, quand on a écouté ce micro-mouvement en direct il y a quinze ans, on a plutôt l’impression d’avoir glissé par erreur dans le lecteur une compilation du style ‘best-of indie’, vous savez, celles qui se liquidaient régulièrement à 1 euro à la médiathèque quand il fallait faire de la place. Pour le prouver, je peux même sortir des noms volontairement obscurs comme Flying Saucer Attack. Si quelqu’un s’y reconnaît, qu’il l’avoue, c’est un trentenaire.

Les voix, selon les canons, sont éthérées, un peu de tête, assez rêveuses, et s’appuient sur des mélodies simples. Lesquelles font souvent mouche mais dont les circonvolutions manquent parfois de facilité. N’espérez pas prendre note des paroles à la volée si l’anglais n’est pas votre langue maternelle (auquel cas vous ne me liriez pas sans doute).

Cette musique correspond à un état d’esprit, les yeux vers le ciel et les bras en croix sur la pelouse, qui n’est sans doute pas les conditions dans lesquelles tout un chacun évolue au quotidien. C’est de toute façon une musique d’atmosphère, d’état d’esprit. Elle peut aussi bien ennuyer qu’enchanter la même personne (énerver, jamais) en fonction des circonstances. Je m’en voudrais de profiter d’une critique pour stigmatiser les limites d’un style qui m’a aussi apporté de très bons moments (écoutez Nowhere de Ride)

Encore une fois, c’est la subjectivité qui prime et le mélange de délicatesse et de force de Brighter As We Fall peut sans doute marcher chez certains. Mais bon, disons que je ne suis pas spécialement client, même si je me dois de reconnaître le côté bien fichu de la chose. Mais ce n’est pas ça qui me transporte, voilà tout. J’ai pourtant pu assez facilement pu céder parfois à Sometimes I Realise même si beaucoup de titres m’ont littéralement glissé dans l’oreille, ce qui n’est pas un reproche.

Un morceau comme The Fear Has Gone a le bon goût d’être un peu différent, de commencer par des nappes de violon avant un déluge de guitares. Mais pas une explosion de bruit, le tout restant placide tout de même. Les poussées de fièvre sont souvent vite bridées. Et on note comme sur le premier album des guitares vraiment acoustiques comme sur Be What You Are dont la composition classique pourrait résister à bien d’autres traitements (plus pop, plus folk).

Les ingénieurs ont encore une fois livré un album assez intemporel malgré un style qui est très facilement datable. Même s’il faut attendre les conditions favorables à son écoute, ce Three Fact Fader est un exemple de remise au goût du jour réussie d’un état d’esprit éthéré tel qu’il a pu nous faire craquer il y a quinze ans.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)