Accueil > Critiques > 2009

Yacht - See Mystery Lights

mardi 18 août 2009, par marc

L’attaque et la défense


Le premier souvenir que j’ai de Yacht, c’est un ludion à l’abattage énorme qui mettait l’ambiance avec un laptop et un micro en première partie de LCD Soundsystem. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait maintenant trouvé refuge chez DFA (le label de James Murphy donc)

L’album précédent, I Love You, Your Magic Is Real, ne répondait que partiellement à la curiosité suscitée par les prestations live. En relisant les impressions de l’époque, je déplorais un manque de rigueur qui déforçait le propos. Une première écoute ne laisse aucun doute là-dessus, cet album est meilleur que ce qu’on a entendu de lui. Le changement d’auberge n’est donc pas juste une modification d’adresse postale, elle influence en profondeur la musique produite.

Evidemment, cette vision de la production peut un peu polluer l’écoute. On ne sait pas quelle est la part d’autosuggestion et de modification concertée dans ce revirement mais il est assez flagrant. Rien à faire, James Murhpy et ses sbires, ce sont quand même de fameux sorciers du son. Oh, rien de vraiment clinquant, mais une science de la tension héritée d’un vieux funk dévoyé et du krautrock, ou alors une vision très détendue du post-punk. Dans les faits, le morceau dual It’s Boring/You Can Live Anywhere You Want est d’abord articulé autour d’un riff de guitare ou de basse assez distordu pour évoluer dans sa seconde partie vers une longue transe hypnotique qui sort nettement du cadre de la lappop (contraction de laptop et pop pour ceux qui ignorent ce néologisme que je ne revendique pas) pratiquée autrefois. Et le résultat est rien moins que formidable. Certes, on remarquera une parenté assez difficile à éviter avec des morceaux comme le classique Yeah (Crass Version) de LCD avec sa longueur, sa phrase répétée comme un mantra. Si on l’aime pas ce style évidemment, il y a matière à sa détourner franchement mais tout le monde aime ça, non ? (je sais que non…). Je vous rassure tout de suite, on échappe aux Cowbells. Enfin, de peu sur Summer Song dont le son de basse est aussi typique de DFA. Maintenant, on se demande maintenant ce que ce label pourrait rendre comme service à un Dan Deacon.

Mais si on remarque une efficacité vraiment plus marquée et qu’un morceau presque instrumental comme Summer Song vire vers l’abstraction, le tout reste quand même plus coloré, plus pop dans l’acception plus insouciante du terme. Et on retrouve ses patterns de batterie (Don’t Fight Te Darkness). Ca n’empêche pas une chanson ou l’autre de tourner en rond (We Have All We Ever Wanted). De même, si la déclinaison discoïde d’I’m In Love With A Ripper a sa raison d’être, ce n’est pas le cas de la version Presque A Capella de Psychic City

Maintenant, Jona Bechtolt n’est plus seul puisque Claire L. Evans l’a rejoint au chant. J’aime bien son timbre mais évidemment son débit ne colle pas souvent avec de la musique de danse. Mais elle colore agréablement cet album. Etrange sensation sur le premier morceau, avec ses chœurs et tout, on dirait du Talking Heads. Les chœurs renvoient eux aux Sparks. J’essaie de moins en moins de me reposer sur ce genre de comparaison souvent descriptive et superficielle mais ces noms me sont venus à chaque fois.

Maturité rime souvent avec assagissement et le résultat donne rarement la fièvre. Le contact entre l’électron libre de Yacht et la rigueur défensive de DFA nous donne en tous cas ce curieux objet qui arrive à captiver de bout en bout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Yacht - See Mystery Lights 19 août 2009 13:32, par Laurent

    Excellente nouvelle que cette sortie dont je n’étais nullement informé... Le premier Yacht, effectivement inégal, jouait néanmoins un rôle réjouissant dans ma discothèque : je le passais dès qu’on me parlait de Mika. Si en plus, le goût sûr de Marc recommande de manière quadruplement étoilée le second chapitre, nul doute que sa sortie tombe à pic (vu que le nouveau Mika approche à grands pas)...

    repondre message

    • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 18:34, par Marc

      Yacht comme antidote à Mika ? J’avoue que je n’y aurais pas pensé. J’utiliserais plutôt un Of Montreal des familles, c’est plus proche dans la voix mais tellement loin dans le ton...

      L’ami Owen Pallett s’est compromis dans les arrangements du prochain Mika. Ce monde est fou moi je dis.

      repondre message

      • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 19:25, par Laurent

        Bah, j’avais l’habitude de conchier l’artiste dès le départ par snobisme, flairant le coup très très fumant, mais je vais rester "open minded" et attendre d’entendre avant de conspuer le second album (flairant le nouveau coup fumant : ça va devenir hyper tendance d’aimer le nouveau Mika, je le sens bien)... ;)

        Sinon, j’ai malheureusement (?) tendance pour ma part à ranger Of Montreal dans le même panier. Trop glam, trop kitsch, trop fatigant. L’excès nuit en tout. Et à part ça, votre Pukkelpop ?

        repondre message

        • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 20:04, par Marc

          Ce n’est pas le snobisme qui me fait conchier Mika, c’est épidermique. Je ne peux pas, voilà tout...

          Sinon, si je rangerais Sliimy avec Mika, je n’y ajouterais pas Of Montreal. Le jour où un des deux premiers arrive à nous sortir un ’The Past Is A Grotesque Animal’, je réviserai sans doute mon avis...

          Le Pukkel ? Du très bien, du bien, du bof, du burk, de tout donc. Mais je vais m’atteler à un récit plus circonstancié.

          Bonjour chez vous...

          repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)