Accueil > Musique > 2009 > Yacht - See Mystery Lights

Yacht - See Mystery Lights

mardi 18 août 2009, par Marc

L’attaque et la défense


Le premier souvenir que j’ai de Yacht, c’est un ludion à l’abattage énorme qui mettait l’ambiance avec un laptop et un micro en première partie de LCD Soundsystem. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait maintenant trouvé refuge chez DFA (le label de James Murphy donc)

L’album précédent, I Love You, Your Magic Is Real, ne répondait que partiellement à la curiosité suscitée par les prestations live. En relisant les impressions de l’époque, je déplorais un manque de rigueur qui déforçait le propos. Une première écoute ne laisse aucun doute là-dessus, cet album est meilleur que ce qu’on a entendu de lui. Le changement d’auberge n’est donc pas juste une modification d’adresse postale, elle influence en profondeur la musique produite.

Evidemment, cette vision de la production peut un peu polluer l’écoute. On ne sait pas quelle est la part d’autosuggestion et de modification concertée dans ce revirement mais il est assez flagrant. Rien à faire, James Murhpy et ses sbires, ce sont quand même de fameux sorciers du son. Oh, rien de vraiment clinquant, mais une science de la tension héritée d’un vieux funk dévoyé et du krautrock, ou alors une vision très détendue du post-punk. Dans les faits, le morceau dual It’s Boring/You Can Live Anywhere You Want est d’abord articulé autour d’un riff de guitare ou de basse assez distordu pour évoluer dans sa seconde partie vers une longue transe hypnotique qui sort nettement du cadre de la lappop (contraction de laptop et pop pour ceux qui ignorent ce néologisme que je ne revendique pas) pratiquée autrefois. Et le résultat est rien moins que formidable. Certes, on remarquera une parenté assez difficile à éviter avec des morceaux comme le classique Yeah (Crass Version) de LCD avec sa longueur, sa phrase répétée comme un mantra. Si on l’aime pas ce style évidemment, il y a matière à sa détourner franchement mais tout le monde aime ça, non ? (je sais que non…). Je vous rassure tout de suite, on échappe aux Cowbells. Enfin, de peu sur Summer Song dont le son de basse est aussi typique de DFA. Maintenant, on se demande maintenant ce que ce label pourrait rendre comme service à un Dan Deacon.

Mais si on remarque une efficacité vraiment plus marquée et qu’un morceau presque instrumental comme Summer Song vire vers l’abstraction, le tout reste quand même plus coloré, plus pop dans l’acception plus insouciante du terme. Et on retrouve ses patterns de batterie (Don’t Fight Te Darkness). Ca n’empêche pas une chanson ou l’autre de tourner en rond (We Have All We Ever Wanted). De même, si la déclinaison discoïde d’I’m In Love With A Ripper a sa raison d’être, ce n’est pas le cas de la version Presque A Capella de Psychic City

Maintenant, Jona Bechtolt n’est plus seul puisque Claire L. Evans l’a rejoint au chant. J’aime bien son timbre mais évidemment son débit ne colle pas souvent avec de la musique de danse. Mais elle colore agréablement cet album. Etrange sensation sur le premier morceau, avec ses chœurs et tout, on dirait du Talking Heads. Les chœurs renvoient eux aux Sparks. J’essaie de moins en moins de me reposer sur ce genre de comparaison souvent descriptive et superficielle mais ces noms me sont venus à chaque fois.

Maturité rime souvent avec assagissement et le résultat donne rarement la fièvre. Le contact entre l’électron libre de Yacht et la rigueur défensive de DFA nous donne en tous cas ce curieux objet qui arrive à captiver de bout en bout.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Yacht - See Mystery Lights 19 août 2009 13:32, par Laurent

    Excellente nouvelle que cette sortie dont je n’étais nullement informé... Le premier Yacht, effectivement inégal, jouait néanmoins un rôle réjouissant dans ma discothèque : je le passais dès qu’on me parlait de Mika. Si en plus, le goût sûr de Marc recommande de manière quadruplement étoilée le second chapitre, nul doute que sa sortie tombe à pic (vu que le nouveau Mika approche à grands pas)...

    repondre message

    • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 18:34, par Marc

      Yacht comme antidote à Mika ? J’avoue que je n’y aurais pas pensé. J’utiliserais plutôt un Of Montreal des familles, c’est plus proche dans la voix mais tellement loin dans le ton...

      L’ami Owen Pallett s’est compromis dans les arrangements du prochain Mika. Ce monde est fou moi je dis.

      repondre message

      • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 19:25, par Laurent

        Bah, j’avais l’habitude de conchier l’artiste dès le départ par snobisme, flairant le coup très très fumant, mais je vais rester "open minded" et attendre d’entendre avant de conspuer le second album (flairant le nouveau coup fumant : ça va devenir hyper tendance d’aimer le nouveau Mika, je le sens bien)... ;)

        Sinon, j’ai malheureusement (?) tendance pour ma part à ranger Of Montreal dans le même panier. Trop glam, trop kitsch, trop fatigant. L’excès nuit en tout. Et à part ça, votre Pukkelpop ?

        repondre message

        • Yacht - See Mystery Lights 24 août 2009 20:04, par Marc

          Ce n’est pas le snobisme qui me fait conchier Mika, c’est épidermique. Je ne peux pas, voilà tout...

          Sinon, si je rangerais Sliimy avec Mika, je n’y ajouterais pas Of Montreal. Le jour où un des deux premiers arrive à nous sortir un ’The Past Is A Grotesque Animal’, je réviserai sans doute mon avis...

          Le Pukkel ? Du très bien, du bien, du bof, du burk, de tout donc. Mais je vais m’atteler à un récit plus circonstancié.

          Bonjour chez vous...

          repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)