Accueil > Musique > 2011 > Mogwai - Hardcore Will Never Die, But You Will

Mogwai - Hardcore Will Never Die, But You Will

mardi 15 février 2011, par Fred, Marc

En attendant disto


Après un album live pas nécessairement indispensable, la formation écossaise nous revient avec une production studio. C’est toujours un petit évènement parce que mine de rien, ils nous sont devenus chers, à force de morceaux épiques et de prestations survitaminées. Evidemment, il faudra juger sur pièce leur évolution scénique, mais le volet épique s’est un peu éteint comme nous allons le voir.

Il semble qu’ils cherchent une sortie qu’ils ne trouvent pas nécessairement. Alors ils tentent l’échappatoire. On ne s’attendait pas sur Mexican Grand Prix à jouer des coudes avec les groupes qui visent la transe comme Holy Fuck ou Fujiya & Miyagi. Plus que jamais, on aura du mal à classer Mogwai. Ces maintenant presque vétérans du post-rock font donc dans le compact, emmené par un orgue différent, et pour le coup emportent l’adhésion. Les enfoncements de pédale à l’unisson (non, on ne parle pas américaine dans les six-jours) se font donc plus rares.

Un des plaisirs du post-rock est l’anticipation, cette attente du moment crucial qui finit toujours par venir. Tout est tendu dans ce but, et ces exemples de paroxysmes foisonnent chez les Ecossais. Mais même s’il y a encore des exceptions comme White Noise qui les voit plus proche des envolées éthérées de Mono ou How to Be a Werewolf qui remporte l’approbation générale grâce à son cheminement épique, presque cinématographique, c’est plutôt un long fleuve tranquille qui se déroule.

Les voix au vocoder, on a toujours un peu de mal à trouver ça passionnant. Ca va de l’acceptation (Cloud Cult) à l’irritation (le Daft Punk de Discovery). Ici, ce n’est pas un des deux extrêmes, mais on s’en serait passé sur George Square Tatcher Death Party qui se rattrape par un supplément de testostérone. La formule de "Répétition-Addition-éventuelle variation" montre aussi ses limites, surtout quand la recette du mille-feuilles instrumental est appliquée en série et trop scolairement. Sur Rano Pano, l’équilibre répétition/intérêt passe dans le rouge.

Leur amour du titre bien senti est toujours là. Je ne peux m’empêcher de sourire quand je vois qu’un morceau s’appelle You’re Lionel Ritchie. C’est leur morceau le plus lourd et pesant, mais dans leur chef ce n’est nullement une appréciation négative. Le nom de l’album aussi vaut son pesant d’ironie, quand on sait qu’il recouvre l’album au son le plus anodin du groupe.

Cet album donne peu d’espace au commentaire. Moins sombre, moins viscéral, toujours très agréable à l’écoute, il est ainsi très évanescent, très peu de choses restant en mémoire. On attend plus d’un groupe qui a défini un genre qu’un album maitrisé et sympatoche, sentant plus l’ennui que l’adrénaline. C’est donc un petit tassement dans leur carrière, même si on conviendra avec eux qu’il est sans doute difficile de livrer un septième album de post-rock.

http://www.myspace.com/mogwai
Et puis l’occasion est belle de vous présenter via l’excellent article de Benjamin la nouvelle mouture de Playlistsociety qui devient un site collectif (avec de vrais morceaux de vos serviteurs dedans).

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Mogwai - Hardcore Will Never Die, But You Will 15 février 2011 19:24, par Benjamin F

    Complètement d’accord comme tu le sais sur ce nouvel album. En revanche, je suis loin de penser que leur live était anecdotique, au contraire il prouve que Mogwai est encore un groupe essentiel (ce dont on pourrait en son absence vraiment douter^^).

    (Merci pour la petite présentation de notre nouveau projet commun^^).

    repondre message

  • bien d’accord. Le live est tout simplement magistral (surtout le dvd burning). Le son est parfait et réhausse les morceaux originaux ...ce "hardcore will..." est plus dispensable, mention pour "How To Be A Werewolf".

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)