Accueil > Musique > 2011 > Einar Stray - Chiaroscuro

Einar Stray - Chiaroscuro

vendredi 18 mars 2011, par Marc

Formation serrée


Il arrive toujours un moment où on doit regrouper ses notes, prendre des bouts de phrases épars et en faire un article digne de ce nom. Enfin, qui ressemble à un texte quoi. J’attends souvent ce moment-là pour glaner des informations sur l’artiste, histoire de ne pas vous raconter n’importe quoi. C’est souvent instructif, et donne parfois un éclairage nouveau à ce qu’on pensait dire. Dans le cas du très jeune Norvégien Einar Stray (je pensais jusqu’il y a quelques minutes qu’il était Suédois mais bon…), je vois qu’il a déjà sorti un EP avec Moddi pour qui Laurent ne cachait pas son enthousiasme. Ça me fait une intro un peu longue mais assure une certaine continuité entre les articles.

Vous ne vous en sortirez pas comme ça. Je croule sous les découvertes pour le moment, il n’y a aucune raison que vous y échappiez. Celui-ci fait partie de la caste des artistes doués et luxuriants. Sufjan Stevens est donc une figure tutélaire inévitable et les chœurs y ramènent immanquablement, de même que l’ampleur du paysage sonore. Comme le maitre de l’Illinois, la peur du kitsch n’est pas un frein crédible et je sors un peu lessivé par tant de panache, de volonté de grandeur. Mais il est difficile de ne pas être admiratif devant l’intensité folle d’un We Were The Core Seeds quand un piano seul appuie les voix en retrait sur un morceau qui fourmille d’idées pour s’arrêter et repartir. Tout au long de l’album, il ne se dépare pourtant jamais d’une ligne directrice, la basse étant toujours là pour empêcher toute incursion non désirée dans le côté obscur.

Les plages s’étendent (trois des sept passent la barre des sept minutes), c’est donc de la musique qui prend son temps pour se dérouler, et donc qui réclame de l’auditeur qu’il en fasse de même, quitte à lasser un peu si cet auditeur n’est pas d’humeur jouasse. C’est qu’il faut laisser les morceaux percoler, et leur richesse n’est pas toujours leur meilleur allié. Le premier morceau semble ainsi ne jamais vouloir finir, comme un film dont on voit se succéder les scènes finales pour finalement annoncer une suite. Il faut donc aimer ce petit goût de trop, où les cuivres ne se déplacent pas seuls mais en formation serrée (Caressed), où le chant est un sport collectif, où une pointe de shoegaze peut conclure un morceau (Arrows qui a son petit air de Jonsi). Pourtant, malgré un chant maitrisé (il y a aussi une chanteuse tout à fait en place), je préfère les passages instrumentaux.

Et le seul morceau purement instrumental est une vraie réussite. C’est Teppet Faller et son piano qui s’ébroue dans un nuage de cordes. L’exercice est très beau parce que de ce qui peut s’apparenter à une forme de chaos évolue en explosion mélodique. On tient sans doute là une pièce majeure, un de ces morceaux qui résistera à la multiplication des écoutes. En tous cas, le prétendant au titre de meilleur morceau de l’année devra être meilleur que celui-ci. Bonne chance à ceux qui tenteront leur chance face à ce genre de Godspeed qui aurait remplacé la noirceur chaotique par une savante maitrise.

On en finira donc jamais de découvrir des talents scandinaves. Si on admet qu’en faire trop est une discipline en soi, on tient sans doute un performeur de premier ordre. Trop d’ambition peut épuiser, évidemment, et l’écoute intégrale réclame une partie de bonne volonté, mais il m’est impossible de ne pas reconnaître qu’on a affaire ici à un très grand talent, et que le morceau final à lui seul vaut le déplacement.

www.myspace.com/einarstraymusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)