Accueil > Musique > 2012 > Bee And Flower - Suspensions

Bee And Flower - Suspensions

jeudi 17 mai 2012, par Marc

Langueur des nineties


Parmi les titres de gloire que je pourrais mettre à mon cv de scribouillard musical, il y aurait l’écriture systématique d’une critique pour toutes les productions du label bruxellois Cheap Satanism Records. Ce qui a contribué à mon ouverture musicale, et m’a au passage permis quelques découvertes. Cette fois, j’avais été alléché par deux titres d’un Split EP paru il y a peu, belle occasion de donner envie de picorer dans les sorties futures.

Les deux titres sont présents ici, et donnent une idée partielle mais fidèle de ce qu’on peut en attendre. Jackson reste vénéneux et prend même un certain relief, et est sans conteste un des meilleurs morceaux, un de ceux qui restent en tête le plus facilement, où le mélange de guitares un peu râpeuses et d’une voix sensuelle est le plus réussi. You’re Not the Sun illustre quant à lui leur versant plus torturé. Mais on est loin des standards du label.

Il faut cependant plus de deux exemples pour faire le tour de ce Suspension, qui est baigné d’une certaine ambiance nineties. La voix de la New-Yorkaise Dana Schechter est à l’avant-scène, et je me suis parfois surpris à penser à de vieux Garbage, même s’il y a plus de personnalité dans cet organe-ci. Pour reprendre une comparaison facile, connue et d’époque, on est plutôt dans la phase de PJ Harvey après ses deux premiers albums

Ils arrivent à maitriser la lenteur d’Overrun, mais cette langueur n’est pas toujours aussi prenante (Simple Life, It’s the Rain), et dépendra aussi de votre humeur. Ainsi, j’ai à de nombreuses reprises apprécié Feed The Body, mais pas toujours. Pour relever la sauce, ils ne crachent pas sur un petit renfort de cuivres pour plomber en tout bien tout honneur Swallow Your Stars dans les règles de l’art. Et si ça ne suffit pas, un peu de violon fera l’affaire sur Hollow Weight ou le bon In The Dawn And Dusk. Vous l’aurez compris, ils savent varier les procédés et les effets qui en découlent.

Les productions de Cheap Satanism se distinguent souvent par un côté sataniste rigolard de bon aloi. Mais les exceptions sont courantes. On a déjà parlé de la pop rigolarde de Trike ou de la math-pop décomplexée de Joy As A Toy, on a maintenant le rock alternatif (dans l’acception des nineties, c’est-à dire un peu âpre mais aussi très accessible) alangui de Bee And Flower qui peut compter sur une voix très mature pour faire la différence.

http://beeandflower.com/
http://www.cheapsatanism.com/?page_id=17&lang=fr

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)