Accueil > Critiques > 2012

Tu Fawning - A Monument

dimanche 12 août 2012, par marc

Tournons autour


Ca fait trois mois que je tourne autour de cet album, trois mois que les mots s’échappent, que les sensations peinent à prendre une forme écrite. Mais au contraire de ces albums qu’on balaie vite parce qu’on les sent hermétiques, ce Monument m’a tout de suite intrigué. Si je veux vous transmettre mon intérêt, ou mon trouble, il faut pourtant que je me jette à l’eau, avec la nécessaire imprécision d’un mode d’expression pour en évoquer un autre.

Sans doute qu’un détour par une présentation s’impose. Le passé des protagonistes peut en effet éclairer le contenu, puisque cette formation est la énième émanation de Portland, Oregon. Certains coins sont décidément plus intéressants que d’autres quand on s’intéresse à la musique, et Portland a une richesse sidérante en la matière. J’aime en tous cas beaucoup la voix de Corinna Repp, qui lui permet un peu de majesté et peut suivre pas mal de circonvolutions. L’autre membre fondateur, Joe Haege, est aussi le leader des très arty 31 Knots, groupe qui m’a toujours intéressé mais sans que la porte d’entrée ne se révèle vraiment. En outre, il a accompagné en tant que musicien Menomena sur la route. Et là, on se retrouve tout de suite en terrain plus connu.

Cet autre groupe de Portland est en effet assez facilement comparable sur Build A Great Cliff, ou alors dans certaines des réussites de cet album comme Wager. J’ai apprécié en tout cas cette épaisseur, cette propension à partir sur une base ample et occasionnellement briser l’équilibre d’un coup de guitare acéré. Ils ne se basent pas sur des refrains et des couplets mais sur une autre logique, celle de la rupture occasionnelle. Comme si les Liars se mettaient à la pop à voix féminine. Pour rester dans les comparaisons, j’ai aussi pensé à la pop tordue de Roisin Murphy période Ruby Blue (Blood Stains) ou les circonvolutions de St Vincent (Skin And Bone).

Cependant, jamais l’auditeur n’est pris à rebrousse-poil., et l’album présente une belle constance entre l’intro un peu pompière d’Anchors et la farandole tribale de Bones qui est la conclusion logique. Entre les deux, outre les morceaux déjà évoquées, il faut faire un détour par l’impeccable lourdeur d’A Pose For No One ou In The Center Of Powder. Tu Fawning est un groupe attachant même s’il laisse peu de choses à aimer dans le détail. On peut apprécier des albums qu’on ne comprend pas, tout simplement parce qu’ils nous intriguent, parce qu’on a aimé les écouter encore et encore, et parce qu’on espère que cet enthousiasme va inspirer des écoutes.

http://www.tufawning.com/intro/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)