Accueil > Musique > 2013 > 65 Days of Static - Wild Light

65 Days of Static - Wild Light

mercredi 25 septembre 2013, par Marc

L’âge du son


Le fil conducteur de la discographie de 65 Days of Static est celui de l’incorporation progressive d’éléments électroniques à leur recette de base. Dans un premier temps, cet apport était un supplément, un support à une batterie tout-à-fait virtuose et soufflante de précision et de vitesse. Et puis le curseur a été poussé beaucoup plus loin avec We Were Exploding Anyway, à un tel point qu’ils ne pouvaient pas aller beaucoup plus loin. Ce disque n’est pourtant absolument pas un retour en arrière, parce qu’on n’a pas l’impression qu’on puisse mettre leurs deux derniers albums entre parenthèses. L’obtention de leur son actuel passe indéniablement par toutes ces phases.

Comme Mogwai, c’est leur science du son qui est mis au service de morceaux spectaculaires mais pas excitants. Le post-rock a ses poncifs. Les détourner pour en faire quelque chose de plus personnel, c’est bien, mais quand on ne trouve pas ce qu’on vient y chercher, on est forcément déçus. On pourrait étendre la remarque à Fuck Buttons, qui m’a aussi suscité plus d’admiration que d’excitation. Dans tous les cas, il manque la tuerie sans nom, et ces deux formations n’ont pas su rééditer le coup de Surf Solar ou Tiger Girl.

Le post-rock est aussi affaire de composition, de mélodies, de construction rythmique, de poussées d’adrénaline. Comme sur une montagne russe, on sait ce qui nous attend au tournant et cette anticipation participe de l’expérience. On ne demande donc pas de l’originalité à une formation de ce genre (sans quoi on se contenterait de trois disques et basta) mais de nous fournir des sensations. Pour continuer cette analogie trop rabâchée, on a l’impression sur ce genre d’albums que les rails sont droits, mais qu’on roule à toute vitesse. Différente sensation moins stimulante.

Le premier morceau est majestueux, mais comme le sont les morceaux de Mogwai qu’on les soupçonne d’avoir enregistré avec l’idée d’en faire un générique musclé. Mais la suite monte inexorablement, et et Prisms décolle après une longue mise en place. Et oui, on reste scotché à son siège. The Undertow présente aussi cette accélération dans la seconde partie des morceaux. Ça fonctionne à tous les coups, mais donne un aspect plus monotone. Evidemment, quand ils sortent tout l’arsenal, ça force le respect (Unmake the Wild Light), tout comme l’intensité des percussions de Blackspots.

Mogwai avait lancé la mode, Fuck Buttons avait embrayé (sans doute sans concertation) et voilà 65 Days Of Static qui suit à son tour le même chemin, celui de la puissance, de la différenciation par le son plutôt que par la variété des compositions. Comme les deux autres formations, le résultat est impeccable, puissant et différencié. Mais comme pour les deux autres également, on est plus admiratifs que touchés par ce déballage de compétence indéniable.

http://www.65daysofstatic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)