Accueil > Musique > 2010 > 65 Days of Static - We Were Exploding Anyway

65 Days of Static - We Were Exploding Anyway

vendredi 30 avril 2010, par Fred, Marc

Evolutions


Il est des groupes plus faciles à définir que d’autres. D’autant qu’une fois qu’on a placé 65 Days of Static dans le courant post rock, on n’a pas encore beaucoup avancé. On renverra donc aux deux précédentes chroniques ceux qui ne les connaissant pas encore. Les deux précédents albums studio ainsi que leurs prestations live (surtout) nous avaient conquis et ce nouvel album était attendu de pied ferme par vos deux serviteurs.

On ne vous cachera pas que le premier contact avec cet album désarçonne. On dirait qu’ils ont célébré à leur façon la signature des accords Start de non prolifération en infléchissant leur course aux armements. Le beat d’ouverture entièrement synthétique, nous rappelle bien entendu leur intérêt pour l’electro, mais c’est la déferlante de synthés lead qui s’en suit qui donne un coup aux certitudes. N’allez pas chercher chez eux une influence de la scène minimale, on se retrouve plutôt du gros son costaud, plus proche de Prodigy par exemple. Malgré les gros beats et les guitares, on n’est pas dans electro-indus pour autant parce que la noirceur et la lourdeur du son ne sont pas mises en avant.

Déboule alors une ligne de basse large comme une autoroute allemande qu’on ne leur avait pas encore connu. Ne nous reste plus comme bouée de sauvetage que les fills de guitare. On reprend alors son souffle et on commence à reconnaître la patte et à entrevoir l’évolution. Mais s’il fallait marquer une volonté d’évolution, c’est chose faite sur ce Mountainhead.

Ils ne se servent pas de rythmes synthétiques pour renforcer leur testostérone mais leur apport montre une bonne connaissance de la chose électronique. D’autant qu’en live, Rob Jones remet une bonne couche de véritables peaux sur ces quelques mesures samplées. Il y a néanmoins de beaux déboulés de batterie sur le brutal Weak4 qui doivent faire leur petit effet en direct. Ce morceau plus fidèle à leur ancienne façon est ainsi gorgé de tension. De toute façon, on imagine aisément que le public sera plutôt l’amateur de rock non réticent à l’énergie électronique plutôt que le puriste.

Loin des dentelles d’un When We Were Younger, Crash tactics et Dance Dance Dance attaquent leur sujet de manière frontale après une petite mise en bouche, laissant Distant and Mechanized Glow Of Eastern European Dance Parties quelques marches derrière dans la catégorie metal-drum&bass qui fait secouer la tête.

La voix sur Come To Me est celle de Robert Smith, ce qui nous rappelle qu’ils ont assuré les premières parties de Cure lors de leur tournée de 2008. Comme souvent dans ses collaborations, sa voix si expressive est un bel apport et son exploitation en boucle se révèle une bonne idée de base qui rebondit fort bien tout au long des circonvolutions du morceau et pas du tout un gadget.

Le long dernier morceau commence comme un Underworld ou The Field. Il prend son temps pour s’installer et c’est très bien ainsi. Evidemment, on ne manquera pas de rappeler l’énorme claque de Surf Solar de Fuck Buttons mais ce final est assez saisissant. Lors des premières écoutes on s’attend à entendre débouler des six cordes bien metal mais non, c’est une pure progression d’intensité tout en euphorie. Subtil subtil ce n’est certes pas évidemment, mais on vient chercher de l’énergie chez eux, pas une sombre mélancolie éthérée.

Comme souvent sur leurs albums, certaines longueurs sont un peu rédhibitoires. Debutante semble donc un peu inutile. De même, un Go Complex ne semble pas s’embarrasser de ce que son titre suggère et n’a que son énergie à proposer.

Vous avez compris, on sort trop souvent des canons du post-rock pour que c’en soit encore. La composante électronique, de plus en plus présente, est maintenant bien mieux intégrée, et leur force de frappe apparait comme plus cohérente. C’est le printemps et on assiste un changement de gamme assez jouissif. Ils ont fait un sacré bout de chemin en trois ans et on est toujours content de les suivre. On attend la suite...

L’avis de Benjamin sur la Playlist Society
Un avis rapide du Mmarsupilami
Ses photos du concert

Quelques photos de concert du 27/04/10 à Liège :
http://picasaweb.google.com/Fred.Destat/65DOS#5469384678973267794

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • 65 Days of Static - We Were Exploding Anyway 1er mai 2010 17:32, par Mathusalem

    Oui, en fait, déjà leur dernière prestation à Dour m’avait quelque peu déçu...J’avais un souvenir d’eux plus...Disons...Rockenrollesque....Mais, pour avoir écouté par deux fois WWEA, je peux te dire que quelque part, ils ne dérogent pas aux règles de l’évolution, et c’est tant mieux,somme toute...
    Différent donc...Mais tout bon...
    Bonjour chez vous !

    repondre message

    • 65 Days of Static - We Were Exploding Anyway 3 mai 2010 10:52, par Mmarsupilami

      Et si, la véritable découverte et la véritable alchimie de cet album, c’était cette démonstration : l’évolution ultérieure et ultime de 65days devrait être d’avoir un chanteur à demeure. Non, pas nécessairement celui de The Cure (qu’il faut laisser à ses fans grabataires ; mais, oui, je charrie, je n’en pense pas un mot). En s’éloignant du post rock, 65days a favorisé une scansion électronique surpuissante. A beaucoup d’endroits, il a perdu les lignes mélodiques si caractéristiques. Sur la longueur, c’est même parfois lassant. A l’opposé, sur "Come to Me", c’est exactement ce que fait la partie chantée de Smith : rendre une structure, une ligne et créer une "chanson".

      C’était mon quart d’heure "J’aurais pu être manager des plus grands"...

      repondre message

  • 65 Days of Static - We Were Exploding Anyway 4 mai 2010 17:57, par Pijako

    Je connait pas du tout ce groupe, vous me conseillez quel album pour commencer ?

    repondre message

  • 65 Days of Static - We Were Exploding Anyway 4 mai 2010 21:59, par Benjamin F

    Belle critique, très complète. Je crois que cette phrase résume tout : "on est toujours content de les suivre. On attend la suite..." Content mais pas transcendé :) Enfin bon en est en phase quoi. (Merci pour le backlink, btw^^)

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)