Accueil > Musique > 2014 > The Antlers - Familiars

The Antlers - Familiars

mercredi 25 juin 2014, par Marc


Sans trop de tambours et avec un minimum de trompettes, The Antlers revient avec un nouvel album. On se laisse donc gentiment prendre par la main et pouf, quelques notes de piano plus tard, nous voilà donc repartis à l’aventure, dans le brouillard, la vapeur, dans les airs. La magnifique mélodie de Palace s’élève, on est d’emblée enveloppé d’ouate et ça ne changera pas.

La production est encore une fois parfaitement adaptée et tout à fait en adéquation avec l’effet désiré. Le chant reste en retrait dans le mix, et des effets l’entourent. Donc cet aspect tellement humain n’est pas pompier du tout. Et encore une fois, c’est le ressenti qui est le plus important. Alors que des artistes tentant un mélange chaud/froid semblable me laissent… froids (Aaron, Archive souvent), le chant de Peter Silberman trouve pour moi le juste équilibre entre expressivité et émotion. C’est un code, un ensemble de conventions. Une oreille distraite pourrait ranger cette musique dans un r’n’b soyeux, dans une soul blanche et elle n’aurait pas fondamentalement tort.

Surtout qu’ils n’hésitent pas à plonger de temps à autres dans des ambiances ambient/jazzy (Doppelganger) qui me semblent moins touchantes mais qui marquent une pause entre les plus manifestes réussites. Parmi lesquelles on rangera le très beau Director. Le riff désabusé du chorus final est en tous cas très réussi. Cette belle montée en neige poudreuse montre jusqu’où ils sont capables d’aller. C’est sans retenue, mais d’une dignité jamais démentie.

Difficile de défendre les Antlers parce que c’est leur charme discret qui plait tant, leur propension à créer un climat, à susciter des émotions sans presque le vouloir. Des effets un peu plus appuyés, un chant plus effacé encore, et le charme pourrait être rompu. Cet album plus cohérent et uniforme est cependant à deux vitesses, entre ceux où leur style est défendu de façon moins émouvante et d’énormes réussites qui nous hanteront encore longtemps.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)