Accueil > Musique > 2015 > Björk - Vulnicura

Björk - Vulnicura

lundi 9 mars 2015, par Marc


Il est sans doute compliqué de réaliser en 2015 quelle découverte fut le premier album solo de Björk il y a 22 ans. A une époque où la notion de modernité était plus importante qu’elle ne l’est devenue, on a compté beaucoup sur l’ancienne chanteuse des Sugarcubes. Et on a eu raison. Son huitième album la confirme comme une valeur sûre, comme une artiste consciente de son statut et montrant une vraie volonté d’évoluer et d’avancer, même si les tics sont encore bien présents.

Il faut bien l’avouer, je n’ai pas toujours suivi l’Islandaise dans tous ses délires, dans toutes ses envies, au point même de faire l’impasse sur Biophilia. Mais l’occasion était belle de raccrocher le train, de reprendre le cours de sa discographie.

Ce Vulnicura se présente comme un album en deux temps, séquencé comme une progression. Cohérent dans le son de bout en bout, il commence par une série de morceaux qui reposent essentiellement sur des cordes soyeuses. Et sur Stonemilker on retrouve un joli mélange entre sa voix toujours caractéristique et une limpidité qui nous rappelle de bons souvenirs, ceux de son excellent Homogenic par exemple. Certes, on n’est pas au niveau de Yoga ou Bachelorette. Lionsong est aussi dans la même veine, avec des cordes qui semblent plus tenir de Disney qui subirait les derniers outrages qu’à de l’expérimentation pur jus.

La cohérence de la première partie rend quelques morceaux un peu plus uniformes (History Of Touches). Il faut attendre Black Lake pour qu’un peu de variation vienne perturber cette agréable mais placide balade. A partir de là, l’album bascule. Les morceaux peuvent commencer plus placidement avant de devenir plus rudes.

C’est à ce moment qu’on se rappelle que la production de cet album a été confiée au Vénézuélien Arca. Cet artiste prometteur a visiblement formé une belle équipe avec Björk et le résultat se place de façon assez naturelle dans la lignée des sept albums précédents.

Il faut le dire aussi, cette musique qui devient de plus en plus âpre risque de voir le peloton s’amoindrir lacet par lacet. Parce que fidèle à sa réputation, Björk n’a pas pu se résoudre à ne livrer qu’un album facile. C’est à la fois la bonne et la mauvaise nouvelle. Bonne parce qu’elle ne s’abaissera jamais à faire du joli, du décoratif. Mauvaise parce que Mouth Mantra amène une certaine irritation. On a beau retrouver avec plaisir Antonysur Atom Dance (il était déjà là sur Volta), ces délires restent assez froids, hiératiques et imperméables à l’émotion. Le monde a changé depuis 1993, et de nos jours quelques artistes arrivent à mêler le feu et la glace de façon plus moderne. On pense à St Vincent par exemple.

Non, on n’a pas perdu Björk. Elle arrive toujours à trouver des collaborateurs pour relancer sa passion, pour se frotter à d’autres tempéraments. Son travail avec Arca nous vaut donc un album cohérent, qui évolue du plus doux au plus dur, de cordes qui rappellent Homogenic à quelques passages plus rudes qui ne suscitent pas énormément d’émotion. Elle arrive donc à créer de la variation à l’intérieur se son système qui lui n’évoluera vraisemblablement jamais.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)