Accueil > Critiques > 2015

John Grant - Grey Tickles and Black Pressure

lundi 26 octobre 2015, par Marc


Bien malin qui pourra cerner John Grant. On pensait l’affaire entendue en découvrant son premier et très bel album Queen of Denmark qui ne dénotait pas par rapport à ce qu’il avait fait avec les Czars et profitait de l’appui de rien de moins que Midlake. C’était ample et amusant à la fois, on avait bien aimé. Et puis il a commencé à brouiller les pistes dès Pale Green Ghosts qui faisait largement appel à l’électronique mais pas que. Déroutant dans un premier temps, il avait fini par s’imposer, parce que son ironie mordante était toujours là.

Après quelques versets de la bible, on retrouve tout de suite ses repères. Il y a déjà des violons, une mélodie fondante et sa distanciation. Mais c’est pour mieux nous dérouter par la suite. Contrecoup de son impeccable album avec un orchestre symphonique ? Difficile à dire, mais on constate une envie d’éclectisme qu’on ne lui connaissait pas à ce point et qui le fait sans doute sortir de sa zone de confort, mais aussi de sa zone de compétence

Il revient donc à la veine électronique plus rentre-dedans de Pale Green Ghosts sur Snug Slacks ou Black Blizzard où son phrasé et sa voix profonde maintiennent le contact. Il va même se prendre pour Trent Reznor le temps de Guess How I Know, voire tutoyer le glam avec le plus garage You and Him exécuté avec l’aide d’Amanda Palmer. Mais le seul moment plus embarassant est ce Voodoo Doll qui nous semble pour le coup plus proche de Bruno Mars. Le sourire en plus, mais quand même. Mais ce n’est jamais chez lui la volonté de sonner moderne qui le pousse à se diversifier. Les synthés de Geraldine et son inutile recours au vocoder semblent en effet tout sauf récents.

Le principal atout qui résiste à tous les traitements, c’est évidemment la grande voix de Grant, qui peut habiller seule le mid-tempo Down Here ou assurer tous les délires susmentionnés. Et puis comme toujours, sa volonté occasionnelle de grandiloquence est balancée par quelques délires textuels bien sentis (Global Warming). Mais il n’est pas toujours seul puisqu’en plus d’Amanda Palmer déjà évoquée, on retrouve avec plaisir Tracey Thorn sur Dissapointing.

‘Grey tickles’ est la traduction littérale de l’expression islandaise pour ‘crise de la quarantaine’ et ‘black pressure’ est la traduction directe du mot turc pour ‘cauchemar’. C’est sans doute un peu court pour expliquer les volontés exploratoires d’un John Grant qui arrive à nous gratifier d’un album qui tire dans plein de directions sans jamais nous faire oublier quel grand chanteur il est.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)