Accueil > Musique > 2016 > Islands - Taste/Should I Remain Here at Sea ?

Islands - Taste/Should I Remain Here at Sea ?

mardi 17 mai 2016, par Marc


Même s’ils sont un peu tombés en désuétude, on connait bien les doubles albums. Quand l’ambition force un artiste à s’étendre un peu, le résultat est parfois historique, souvent un peu trop copieux. Plus rare est la sortie simultanée de deux albums distincts dans le fond et la forme. De mémoire, je ne peux me rappeler que Bright Eyes qui avait sorti les faux jumeaux et magnifiques Digital Ash in a Digital Urn et I’m Wide Awake, It’s Morning un beau jour de 2005.

La dernière production d’Islands se présentait un peu comme une synthèse, ces deux-ci proposent plutôt d’approfondir deux tendances, deux envies qu’on leur connaissait déjà et qui aurait très bien pu constituer une suite logique et s’insérer parfaitement dans la discographie du groupe qui commence à avoir sérieuse allure. Ce n’est pas non plus conceptuel au point que les mêmes morceaux soient présentés dans deux moutures différentes. Voyons donc ce que le groupe mené par le Canadien Nick Thorburn (aussi croisé au détour de Mr Heavenly) nous propose sur ces deux réalisations.

Taste présente leur versant le plus synthétique, avec synthétiseurs et boîte à rythmes. Charm Offensive était connu et est toujours aussi pertinent avec son sens mélodique mélancolique et un break lent qui le termine de puissante façon. Ce n’est pas du tout intuitif, mais la veine plus synthétique est aussi leur plus lancinante. Dans une veine similaire, on avait beaucoup aimé Ski Mask et on ne retrouve pas nécessairement le même plaisir sombre, notamment parce qu’ils nous ménagent ici plus de moments enlevés. No Milk, No Sugar est simplement un bon morceau pop, tout comme The Joke qui se présente comme un moment très relevé.

De plus, un séquencement judicieux rend cet album fort cohérent, le plus enjoué It’s Heaven se présentant comme une résurgence du plus pesant Pumpkin. On entend donc sur cet album de la musique viscéralement pop, douce-amère et au contenu synthétique modéré puisque c’est souvent la guitare qui mène la danse. Mais pas toujours puisque la prenante lenteur de Carried Away est assurée par des machines. Fort logiquement, les sons de guitare sont différents sur les deux albums, renforçant encore leur ‘couleur’ musicale.

Should I Remain Here at Sea ? est une évocation du toujours recommandable premier album Returns to the Sea qui me les avait fait découvrir. Parce que j’étais un peu passé à côté des Unicorns je l’avoue. On retrouve dès Back To It leur veine de pop indé faussement enjouée (Thorburn reste un parolier à l’impeccable ironie) que vient continuer Fear avec la très réussi partie instrumentale finale en petits riffs acides. Cette guitare apporte aussi beaucoup à Innocent Man.

La batterie roule comme le veut le genre, rendant Sun Conure et ses chœurs bien convaincant. Rappelons au passage que le leader omnipotent a toujours pu compter sur une section rythmique de premier choix. Mais l’album s’apaise vers la fin, terminant dans un slow en bonne et due forme (At Sea). Et on a appris que ce genre de morceau est quelque chose qu’ils maitrisent, quel que soit l’habillage sonore.

‘Choisir c’est renoncer’, c’est sans doute la difficulté que Nick Thorburn a voulu contourner ici. Au lieu de choisir entre deux envies, il a préféré en approfondir deux en parallèle. Evidemment, cette volonté réclame deux fois plus de morceaux exploitables et c’est sans doute là que l’exploit est le plus marquant tant ses deux albums se suffisent à eux-mêmes et présentent le point commun d’être très aboutis. Dans ce contexte, je me garderai bien de désigner mon favori tant l’écoute des deux se révèle gratifiante. La quantité et la qualité ? C’est le pari gagné d’Islands.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)