Accueil > Critiques > 2017

Porcelain Raft - Microclimate

mercredi 15 mars 2017, par Marc


Quand Mauro Raimondi a débarqué avec Porcelain Raft il y a déjà cinq ans, on a tout de suite aimé cette délicatesse d’écriture et ce ton vaporeux qui renforçait le tout au lieu de l’affaiblir. C’était aussi son signe distinctif au sein d’un groupe d’artistes qui creusaient le même sillon, comme Low Roar ou Youth Lagoon.

Ce dernier étant sérieusement sorti de son cocon depuis, on se demandait comment l’Italien installé à Londres allait évoluer après ses deux premières livraisons. On pourrait conclure à une trajectoire presque parallèle parce qu’il y a du groove sur Distant Shore, mais ce n’est de la grosse pulsation. Il privilégie donc une ambiance plus rêveuse que les dernières productions de Trevor Powers et le résultat fait aussi mouche moins souvent. On attend forcément des moments frissonnants qui ne viennent qu’avec parcimonie

Mais ils viennent quand même, quand une mélancolie certaine se dégage de Kookaburra, quand sa voix délicate apporte un intéressant contrepoint à cette dream-pop hors d’âge qui n’a pas peur d’incorporer un peu plus d’électronique. Il reste aussi de très belles choses lumineuses comme The Greatest View où la limpidité mélodique transcende le reste. A l’opposé, les mélodies peuvent donner l’impression de s’égarer un peu sur Night Bird ou Big Sur.

On le voit, ce n’est pas encore cet album-ci qui va nous fâcher avec Porcelain Raft mais si les bons moments sont bien là, il ne semble pas pouvoir souvent hausser le niveau comme ont pu le faire ses anciens copains de promo de Youth Lagoon ou Perfume Genius.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)