Accueil > Musique > 2018 > Fenster - The Room

Fenster - The Room

lundi 17 septembre 2018, par Marc


Il faut le dire, la pop aventureuse est un genre qu’on avait un peu perdu de vue. Ici, c’est pop parce que fort léger dans le son et l’aspect mais aventureux parce que les emprunts à des styles divers et variés sont nombreux. Mais la cohérence est là. Sans doute parce que les quatre protagonistes (Les Allemands Elias Hock et Jonathan Jarzyna, le Français Lucas Ufo et l’Américaine JJ Weihl) ont mis leurs talents en commun dans une seule pièce. Sans doute que les échanges possibles ont apporté leur lot de créativité.

Cette musique peut se concevoir à deux niveaux. Un global tout d’abord où on ne s’attarde que sur le résultat et un peu distraitement. Et dans ce cas, c’est éthéré comme il faut, collant bien à une ambiance estivale. Il y a en effet une douceur indéniable sur Groovin’ With The Eternal Now. Just The Rain est aussi extrêmement relaxant avec quelques soubresauts qui viennent le secouer sans le faire dérailler. Une belle mélodie et la volonté d’aller ailleurs, comme si les premiers Pink Floyd étaient nés à l’époque de la vaporwave. Le reste oscille entre Chillwave (le son ouateux) et cruising californien, se libérant le temps d’une belle fin détendue de Feel Better.

Si on s’attarde plus sur les détails, on peut noter un son de synthé assez années ‘70 sur The Room, donnant un air de pop progressive très plaisant. On remarque aussi la basse un peu Kraut sur HBW, ce qui complète bien ce morceau par ailleurs plus éthéré, comme si LCD Soundsystem prenait des vacances à la plage. Ce mélange fonctionne vraiment bien et la maitrise technique est là, autorisant aussi les sons de guitare plein de delay et autre wah-wah, confèrent une ambiance bien vaporeuse. Like A River quant à lui va carrément voir du côté de Spain.

Rhythm A pourra renvoyer aux moments plus doux de Deerhunter et est assez déroutant dans sa structure, avec des éléments certes identifiables mais agencés et compactés de façon assez intéressante, misant sur les ruptures dans un genre qui n’en compte pas tellement. Vous l’aurez compris, Fenster joue sur plusieurs dualités. Entre une somme de ressemblances et un agencement nouveau, entre une musique facile d’écoute et un bruissement de détails, entre des tentations progressives et un son très éthéré. Ceci a agrémenté mon été en tous cas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)